Rechercher sur Capcampus
HOME

La Rédaction de Capcampus

.

Planète Ouverte : Edouard Tonnerre nous raconte son expérience en Chine

Edouard Tonnerre, étudiant de troisième année à l'ISG, nous raconte son expérience à l'international.



Edouard Tonerre BO.jpgEdouard Tonnerre est parti dans le cadre de sa troisième année effectuer un stage à Pékin. Il partage son expérience avec nous, sous la forme d'une lettre à un étudiant imaginaire Alban, qui serait sur le point de partir lui aussi.

"Alban,

J'espère que tes derniers préparatifs se passent bien ? J'imagine que tu dois être un peu stressé à l'idée de partir pour six mois en Chine, comme je l'étais pour mon départ. C'est vrai qu'avant de partir, on rencontre quelques appréhensions et c'est normal. Se retrouver dans un pays dont on ne connaît ni la langue, ni la culture et ne pas savoir où on va vivre n'est pas une situation facile.


Je t'imagine déjà traînant tes deux énormes valises pour sortir de l'aéroport international de Beijing, chercher désespérément les panneaux «taxi» au milieu des caractères chinois, lever la tête consterné de ne voir aucune parcelle de bleu dans le ciel pollué de Pékin, te demander pourquoi tu as mis un jean alors que la température ressentie avoisine les 40 degrés, donner piteusement ton adresse écrite en chinois au taxi après avoir compris qu'aucune communication n'était possible, passer une longue minute à chercher la ceinture de sécurité...

Pas de panique. Comme promis, je vais te faire un petit débriefing mensuel de mon séjour afin de faciliter ton immersion en Chine. Je vais donc d'abord te présenter l'aspect culturel du pays et plus particulièrement de la ville de Pékin.

Alors Pékin... Fière de ses 16 800 km2 et de ses 20 millions d'habitants, cette ville chargée d'histoire est le siège de nombreux fantasmes. C'est en 1153 sous la dynastie des Jurchen que Pékin devient la première ville de l'Empire du Mmilieu. Mais c'est en 1421 que les Ming y transfèrent leur administration, consacrant définitivement Pékin, capitale de Chine.

Nous sommes le 14 août 2012, 8 heures du matin. Je pose le pied, pour la première fois sur le continent Asiatique, et plus précisément en territoire Chinois. C'est à bord d'un taxi chargé de me conduire jusqu'à mon hôtel, dont l'adresse a été préalablement écrite en chinois, que je m'y aventure. Nous franchissons la "6th Circle Line" (équivalent du périphérique parisien), puis la "5th ..." enfin, c'est après un peu plus d'une heure de trajet que nous dépassons la "1st Circle Line", synonyme d'une arrivée imminente. Me voilà épuisé, certes, mais avant tout, trépignant d'impatience de découvrir ma ville d'accueil pour les 6 prochains mois. Je pars donc explorer cette vaste étendue inconnue et ce, au détriment des tâches administratives plus classiques, comme trouver un appartement par exemple...


Tiens, d'ailleurs, parlons-en du logement. Sanlitun et Wudaoku sont respectivement les quartiers des expatriés et des étudiants. Je ne sais pas si tu as déjà trouvé quelque chose, mais dans un souci d'intégration et de bien-être (tu comprendras pourquoi par la suite), je te conseille de te rapprocher au maximum de ces deux zones. Tu pourras très facilement trouver ton logement en arrivant sur place. Les sites internet de petites annonces, comme www.thebeijinger.com par exemple, et le turnover d'étrangers impressionnant, m'ont permis de saisir les clefs d'un appartement après une journée de recherche seulement. C'est comme ça que j'ai rencontré Cecilia, ma colocataire italienne. Et ça a été mon premier coup de chance.


En effet, elle m'a beaucoup aidé pour tous les détails à régler à mon arrivée à Pékin. Je ne sais pas si tu es au courant, mais ici on doit se signaler à la police au plus tard vingt-quatre heures après son arrivée sous peine d'amende. Elle m'a aussi aidé pour mon téléphone. Je te l'accorde, ça peut paraître anodin, mais détrompe-toi. Ici les chiffres ont une grande importance. Si tu as le malheur d'avoir un quatre dans ton numéro de téléphone, tout le monde saura que tu es un étranger. En fait, le quatre se prononce "si", qui a la même sonorité que le mot mort en chinois. C'est la raison pour laquelle les chinois l'évitent. En revanche les chiffres neuf et huit, qui sont les meilleurs chiffres (je suis conscient que ça peut paraître un peu surréaliste mais tu t'y feras). Il faut également que tu saches que malgré un accès immédiat à un appartement, on te demandera 3 mois de loyers et un mois de caution le jour de ton arrivée. Prépare-toi donc à pouvoir fournir cette somme relativement conséquente et plutôt surprenante lorsque l'on ne s'y attend pas.

Muraille ET.pngMuraille 2 ET.png
Après quelques jours passés en immersion, je peux dresser le bilan de mes premières impressions. Avant mon départ pour Pékin, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, et ce que tu vas ressentir en arrivant est difficilement descriptible, mais je m'étais préparé à un dépaysement important. Finalement, le choc culturel ne réside pas tant dans la ville, aussi incroyable soit-elle, que dans la confrontation avec les chinois. Ces personnes insaisissables... Aussi irritantes que fascinantes.

Voilà maintenant un peu plus d'un mois que je suis en Chine ; je me suis intéressé à eux et j'ai appris à les connaitre, c'est certain, mais je me demande si je pourrais vraiment les comprendre un jour. Tout d'abord, il faut que tu saches qu'en Chine, volontarisme ou dynamisme utilisés à mauvais escient sont plutôt mal vus. Il vaut mieux, pour reprendre la traduction littérale d'expressions chinoises, «vaincre sans combattre» ou «progresser sans avancer». C'est d'ailleurs impressionnant de voir comme un pays peuplé de gens apparemment si lents, peut aller si vite. La façon de penser et d'agir des chinois et plus particulièrement des Pékinois est souvent aux antipodes de notre référentiel occidental, ce qui pourra parfois te faire perdre patience.

Demande ton chemin à un chinois, sois sûr qu'il va t'indiquer la mauvaise direction. Essaie de prendre un taxi à une heure de pointe ou quand il pleut, tu risques d'attendre longtemps parce que les chauffeurs de taxi prendront toujours des chinois en priorité. Le délit de faciès, ils ne connaissent pas. Prend le métro à Dongzhimen à 18 heures, tu comprendras ce que l'expression « struggle for life » signifie. Tu vas te faire bousculer et frapper, tu vas bousculer et frapper, tu vas risquer ta vie pour avoir une place assise, tu vas être compressé au-delà de l'imaginable. Prends quelques minutes et observe les chinois qui passent autour de toi : ils sont excessivement lents, se promènent souvent le ventre à l'air, hurlent au lieu de parler, crachent et se raclent la gorge sans cesse, dansent de façon décomplexée au milieu des artères piétonnes. Installe toi dans un restaurant traditionnel chinois, tu remercieras le ciel pour les photos des plats sur le menu, tu apprendras à manger du poulet non désossé avec des baguettes, tu hallucineras devant les serpents, concombres de mer, langues de canard, pattes de poulet et autres plats traditionnels.

Mon conseil est de rester calme et ouvert d'esprit en toute circonstance, autrement tu risques l'implosion nerveuse. Cependant, après quelques semaines, baigné dans une culture qui n'est pas la tienne, tu t'habitueras, j'en suis sûr, sans aucun problème à ce tableau peu reluisant au premier abord. Nos différences culturelles conduisent bien souvent à des quiproquos. Si tu t'attaches dans un taxi, le conducteur comprendra qu'il conduit mal et que tu ne te sens pas en sécurité avec lui. Si tu demandes directement un service à un chinois au travail sans lui avoir fait la conversation avant, il ne va pas du tout t'apprécier (expérience personnelle). Si tu te mouches en public ou que tu donnes/reçois une carte de visite à une main, ils vont penser que tu es malpoli. Si tu montres ton pouce et ton index en pensant commander deux Big Mac, détrompe-toi, tu viens en fait d'en demander huit. Les chinois se sentiront agressés par un « non » direct et catégorique à la française. Dans la langue chinoise, rien que le mot « non » n'existe pas en tant que tel. D'ailleurs, je te conseille fortement d'apprendre les rudiments du mandarin avant d'arriver. Parce que penser pouvoir se débrouiller avec l'anglais est une belle désillusion. Personne ici ne parle anglais, ils ne parlent d'ailleurs souvent pas le mandarin mais un dialecte Pékinois. Bien sûr, tu peux communiquer avec les mains, mais l'échange restera très rudimentaire. Sans compter que pour négocier, sport national chinois, le fait de parler la langue change bien souvent les choses. Ce ne sont que quelques exemples bien sûr, tu auras tout le loisir de découvrir d'autres différences culturelles par toi-même...

Mais les chinois, ce n'est pas uniquement le « bling bling » à outrance et les coups de coude. Heureusement. Je vais donc terminer par une note positive, car il y en a bien une. J'ai réussi tant bien que mal à créer de vrais liens avec mes collègues chinois. Etant un des rares étrangers chez Microsoft, j'ai bien dû m'adapter à cet environnement. Après quelques jours passés sans qu'aucun chinois ne daigne me parler ou répondre à mes formules de politesse, mes voisins ont enfin fini par « m'accepter ». Je les apprécie de plus en plus chaque jour. Ils m'apprennent patiemment le mandarin, parlent des heures avec moi de politique, de musique, de sport, de culture, me ramènent des cadeaux de leurs business trips, m'invitent à déjeuner, me font goûter leurs thés, m'impriment des légendes chinoises... A entendre les autres stagiaires en Chine, construire quelque chose avec des chinois est rare. Le secret est finalement d'être persévérant et patient. Les chinois ont souvent besoin de temps avant d'intégrer quelqu'un dans leur cercle, ou Guanxi devrais-je dire, d'autant plus lorsqu'il s'agit d'un étranger. Je m'estime donc chanceux et continu de profiter de tout ce que ces rencontres particulières m'apportent.

En ce qui concerne la vie quotidienne ici, il est surprenant de constater que Pékin, est une ville très sûre. Tu peux donc avoir le loisir de te balader a des heures indécentes sans pour autant risquer de te faire agresser. Au retour d'une soirée par exemple. Car Pékin regorge de restaurants, bars, boîtes en tous genres. Ami de la nuit, tu y trouveras forcément ton bonheur. Tu t'habitueras à être dévisagé au quotidien ; ce sera fait sans aucune discrétion, mais sans aucune méchanceté. Pourtant, tu peux parfois capter le regard sourd et réprobateur d'une sexagénaire qui te mettra instantanément mal à l'aise. Mais encore une fois, tu prendras du recul et apprendras à ne pas y faire trop attention.

En fait, tu seras parfaitement tranquille dans ce pays si tu n'y cherches pas d'ennuis. Il serait d'ailleurs assez facile, mais vraiment dommage, de passer six mois ici en n'ayant aucun « vrai » contact avec des chinois puisqu'ils ne viendront pas spontanément te voir. J'en apprends énormément sur ce pays et sa culture au travail car je pose beaucoup de questions. Mes collègues prennent plaisir à y répondre, sûrement touchés de l'intérêt que je leur porte. Mais il faut savoir qu'ils ne me posent rarement de questions sur l'Occident en retour. Manque d'intérêt ou curiosité quasi nulle ? Je ne saurais dire. La philosophie ici se résumerait plutôt à : chacun est bien chez soi, ne nous mêlons pas des affaires des autres. Pour décrire cette relation locaux/étrangers, je choisirais au final trois mots qui se combinent d'une manière que tu ne pourras réellement cerner qu'une fois sur place : indifférence, rejet et fascination.

Et même si les tentations sont fortes et les possibilités infinies, il ne faut néanmoins pas se contenter de la « superficialité » des sorties à Pékin et essayer de visiter la Chine, la vraie. J'ai pu lors d'un week-end profiter de l'accueil amical des habitants de Qingdao, petite ville maritime a environ 800km de Pékin que je ne peux que te recommander. Il est très facile et relativement bon marché de se déplacer en Chine. Le réseau ferroviaire est d'ailleurs très performant. Oublie les retards, les grèves et le confort approximatif de la SNCF. La semaine prochaine c'est la fête nationale chinoise et la semaine de vacances. Je projette d'aller visiter la région de Shanghaî et c'est avec plaisir que je te raconterai ce périple.


Il est temps que je me remette au travail. Après ma traditionnelle tasse de thé, je me repenche sur mon projet ! Si tu as des questions, bien entendu, n'hésite surtout pas. A très bientôt ou plutôt ??? comme vient de m'apprendre ma collègue chinoise Winnie, que tu rencontreras bientôt !

A bientôt,
Edouard"

En savoir plus

Accéder à la présentation de l'ISG 
Publié le 14 November 2012
RÉAGISSEZ, COMMENTEZ, PARTAGEZ !

ISG

Actualité en direct des campus sur l'univers de la formation et des métiers afin de suivre les nouvelles orientations du sytème d'éducation en france et à l'étranger. Grâce à notre moteur, consultez les derniers articles et fouillez dans les archives de l'actualité de la formation sur capcampus !


Rechercher sur capcampus

Derniers articles sur le même sujet