Salaire des jeunes diplômés de l'ESP : Ecole Supérieure de Communication, Marketing et Publicité

Les bac+5 ont une évolution de carrière et une progression de salaire plus rapides

Publié le 01 juillet 2013

Dans le cadre de sa demande d’enregistrement auprès de la Commission Nationale des Certifications Professionnelles, l’ESP, l’Ecole Supérieure de Communication, Marketing et Publicité, a étudié sur 5 ans le parcours de ses étudiants issus de ses cursus Bachelor et Mastère II.

Les résultats sont sans appel, plus les études sont longues, plus les carrières et les salaires évoluent vite.

 

Pourquoi une certification ?

Pour aider les étudiants à faire le tri dans une offre de formation parfois très importante, comme sur le secteur de la communication, et garantir la qualité des diplômes, le Registre National des Certifications Professionnelles a été créé en 2002.

En 2013, l'ESP a obtenu le renouvellement de la certification niveau II de sa formation aux métiers de chef de projet en communication et l'enregistrement au niveau I de sa formation de manageur de la communication.

Le dossier requiert entre autres informations, un suivi précis de la carrière des diplômés* et de leur évolution sur 3 ans minimum, afin de démontrer que les étudiants exercent bien les métiers auxquels ils ont été formés, au bon niveau de responsabilité et de rémunération.

 

Des postes en lien direct avec les études

A part quelques cas isolés, les étudiants de l’ESP se dirigent vers une carrière dans la communication.

Si les postes de chargés de communication sont la majorité, les autres postes occupés sont très variés: chargé d’évènement, planneur stratégique, concepteur rédacteur, assistant directeur artistique, attaché de presse, assistant de production, chef de produit ou encore chargé de communication.

Ces dernières années, on assiste à l’apparition de nouveaux métiers, dans le secteur du digital ou autour de dimensions internationales : infographiste, flasheur, affiliate manageur ou coordinateur international.

Parmi les anciens étudiants dont le parcours a été analysé, on note également un nombre intéressant de professionnels “Chef d’entreprise”. Cette tendance s’explique par le succès grandissant de structures de plus petite taille, souvent très spécialisées et très réactives.

 

La rémunération et la progression de carrière fonction du niveau d’études

L’ESP a comparé sur 5 ans, les niveaux de salaires des manageurs avec ceux des chefs de projet, ainsi que l’évolution des salaires selon le niveau de la certification obtenue. Les progressions sont très différentes !

De manière générale, le salaire d’embauche dans le secteur de la communication est historiquement faible, en moyenne 20 000 à 22 000 euros.

 

En termes d’évolution de carrière et de salaire, les chefs de projets qui sont sortis de l’école avec un BTS ou un Bachelor (Bac+3), « plafonnent » assez rapidement oubien suivent une progression assez lente, quand les « manageurs d’entreprises de communication » qui eux, ont validé un Mastère 2 (Bac+5) évoluent rapidement vers un niveau supérieur de responsabilité.

 

 

Et logiquement, la rémunération évolue au même rythme que la prise de responsabilités. On note donc un saut significatif après 3 ou 4 ans d’exercice, le salaire moyen passant de 30000€ à 43500€ après 3 ans de carrière.

  • 30 000€ bruts annuels en moyenne pour les promotions 2009 et 2010
  • 32 000€ bruts annuels en moyenne pour la promotion 2008
  • 43 500€ bruts annuels pour la promotion 2007

 

Outre la formation, on observe que la rapidité d’évolution tient aussi au type de structure dans laquelle le professionnel exerce et aux opportunités du marché.

 

Le Mastère « Management et Business Design » a été créé en 2007 et il est intéressant de noter que tous les diplômés de cette promotion exercent à ce jour des fonctions de Manageur des entreprises de la communication. Leur niveau moyen de rémunération est conforme aux salaires du secteur.

Cela confirme le délai nécessaire à l’accession à des postes de direction, qui varie de 3 à 5 ans.

En effet, les jeunes diplômés débutent d’abord généralement dans des postes de type « chef de publicité » ou « chef de projet ».

 

Les étudiants allongent leurs études

Prise de conscience de l’intérêt de continuer ses études ou peur de ne pas trouver d’emploi avec un bac+3, on constate clairement une tendance nouvelle au rallongement des études.

Ainsi, à leur sortie de l’ESP, 15% des diplômés choisissaient de poursuivre leurs études en 2008, ils étaient 40% en 2012 !

Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer une poursuite d’études : retarder la confrontation au marché du travail et à la « crise », multiplier les diplômes (parfois plusieurs titres de niveau Mastère 2) tels un sésame à l’emploi, passer quelques mois à l’étranger avant de s’installer dans la vie professionnelle.

               

Cette tendance devient une aubaine pour ceux qui choisissent, à l’inverse, de se lancer dans la vie professionnelle tout de suite: ils sont souvent embauchés suite à leur stage de fin d’année ou après quelques mois de recherche. Ainsi, si 40% de la promotion 2012 est en poursuite d’études, 60% sont en poste 7 mois après l’attribution de leur titre.

 

 

* Afin d’optimiser le suivi des anciens de l’ESP, l’école a créé un groupe projet spécifique, regroupant étudiants, anciens et représentants de l’école.

Un questionnaire est envoyé automatiquement à tous les anciens 6 mois après leur diplôme, puis tous les ans. Ces questionnaires sont complétés par des enquêtes téléphoniques qui permettent de relancer les non répondants ou d'obtenir des données plus qualitatives sur certains profils de postes.


Actualité


Actualité en direct des campus sur l'univers de la formation et des métiers afin de suivre les nouvelles orientations du sytème d'éducation en france et à l'étranger. Grâce à notre moteur, consultez les derniers articles et fouillez dans les archives de l'actualité de la formation sur capcampus !


FERMER