Speof, premier syndicat français des professionnels du business education

Project Education annonce la création du Speof

Publié le 18 novembre 2009
Speof, premier syndicat français des professionnels du business education
  • Le contexte

 

La création du Speof s’inscrit dans un contexte politico-social français où le débat en matière d’éducation est pauvre ; où les think tanks (cercles de réflexion indépendants) consacrés à ce sujet, sont quasi inexistants ; où la compétitivité n’est plus de mise, les universités françaises ayant perdu de nombreuses places dans les classements internationaux, et où l’éducation est rarement considérée comme un investissement. Et pourtant, selon le ministère de l’Éducation nationale, les dépenses intérieures pour l’éducation représentent 130 milliards d’euros – soit 6,6%du PIB –, dont 10,5 milliards sont imputables aux ménages, avec une dépense annuelle moyenne de 7 100 euros par élève.


LES OBJECTIFS

  • Ouvrir le dialogue entre les acteurs du business education

 

• Les protagonistes français et européens du marché de l’éducation – sociétés privées, associations ou consultants indépendants, qui représentent des dizaines de milliers de professionnels – vont désormais disposer, avec le Speof, d’un espace d’expression afin d’organiser leur métier, légitimer leur savoir-faire et structurer leur développement.

 

  • Rapprocher le monde de l’entreprise et celui de l’éducation

 

• L’un des objectifs majeurs du Speof consiste à développer une interactivité entre ces deux univers, à améliorer, par exemple, l’adéquation des diplômes aux besoins des entreprises. Le Speof a la volonté de participer activement, non seulement en France, mais aussi en Europe, à la réflexion sur la réforme de l’apprentissage, l’impact de la crise sur les dépenses en matière d’éducation, l’apprentissage tout au long de la vie et l’articulation entre formation initiale et formation continue, la reconnaissance des enjeux spécifiques au secteur en matière de services à la personne, etc.

 

  • Devenir l’interlocuteur des pouvoirs publics

 

• Cette force de proposition ainsi constituée permettrait que les sujets de l’éducation, enjeu majeur de notre société, soient mieux pris en compte auprès des autorités territoriales, nationales, européennes et internationales. En véritable think tank, ce regroupement d’experts serait tout naturellement disposé à émettre des propositions de politique publique. Au rang des questions qu’il pourrait soulever : quel est l’impact d’un système d’orientation scolaire sur l’évolution de l’activité économique d’un pays ?

  • L’impulsion d’une équipe

 

• C’est sous l’impulsion de Maxime Legrand et de son équipe de consultants qu’est né le Speof. Ce normalien de 34 ans dirige Project Education, premier cabinet européen de conseil en stratégies éducatives.Agrégé d’économie et gestion, diplômé de Sciences Po Paris et de plusieurs masters, il dispose d’une expérience internationale comme entrepreneur et universitaire. Il est enseignant à Sciences Po Paris, à l’université de la Sorbonne et dans plusieurs masters d’économie de la culture et des sciences de l’éducation. Comme conseiller du maire de Lille, il a été en charge du projet éducatif de la ville. Comme conseiller du président du Conseil régional d’Île-de-France, il suivait les dossiers Enseignement supérieur, Recherche et Innovation. Maxime Legrand est également président- fondateur de Parrains d’Avenir et vice-président du Comité Richelieu.


Actualité


Actualité en direct des campus sur l'univers de la formation et des métiers afin de suivre les nouvelles orientations du sytème d'éducation en france et à l'étranger. Grâce à notre moteur, consultez les derniers articles et fouillez dans les archives de l'actualité de la formation sur capcampus !


FERMER