Rechercher une Offre d'emploi

Interview de Madame Isabelle Balkany Vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine

Top Métiers 92, c'est quoi exactement? Action pour les jeunes dans le 92

Publié le 20 janvier 2009
Interview de Madame Isabelle Balkany Vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine

Capcampus

Top Métiers 92, c'est quoi exactement? Pouvez nous présenter ce concept en quelques mots?

Isabelle Balkany

Le concept est simple : c'est offrir aux collégiens de 3ème, qui sont à l'âge des interrogations sur leur devenir, l'occasion unique de rencontrer en un même lieu plus de 800 professionnels qui vont leur faire découvrir, souvent avec passion, leur métier.

Capcampus

Est ce la première édition?

Isabelle Balkany

Non, c'est la quatrième. Le succès ayant été immédiat, le Conseil général a donc décidé de poursuivre cette opération chaque année.

Capcampus

De quel constat est né ce projet?

Isabelle Balkany

D’abord, de l’âge des collégiens, les collèges étant, je vous le rappelle, sous compétence du Conseil général. Je le répète, sauf vocation vraiment précoce, ils se posent des questions sur leur avenir professionnel et, pour la plupart d’entre eux, n’ont eu aucun contact avec le monde réel du travail. Les documents dont ils disposent dans le cadre de l’orientation sont souvent abstraits. Pour combattre cet état de fait, l’Education nationale a rendu obligatoire un stage en entreprise pour tous les élèves de 3ème. Mais, le constat est rude : très peu d’élèves arrivent à le faire et ceux, rares, qui y parviennent n’ont contact qu’avec un seul “métier”. En collaboration avec l’Inspection académique, nous avons donc décidé de sortir de cet univers virtuel et de proposer du concret aux jeunes en les mettant en prise direct avec des professionnels. Pour eux, c’est formidable et cela explique le succès du forum.

Capcampus

Comment ce forum se distingue t'il des nombreux salons et Forums dédiés à l'emploi et/ou la formation se déroulant en région parisienne? Quelles sont les originalités de la formule?

Isabelle Balkany

D’abord l’aspect particulièrement concret que j’ai déjà évoqué et que j’ai personnellement souhaité. Recevoir des plaquettes, des tracts ou même voir des vidéos, ce n’est pas “parlant” pour un jeune ado de 15 ans. Par contre, voir un professionnel “produire” quelque chose, lui expliquer les atouts mais aussi les contraintes de son métier, cela devient la “vraie vie”. J’ai souhaité que les lycées professionnels participent au Forum et c’est très intéressant de voir l’intérêt de nos visiteurs collégiens (ou lycéens et étudiants car, évidemment, ils ont accès au Forum eux aussi) quand ce sont leurs camarades, à peine plus âgés, qui leur parlent du métier qu’ils sont en train d’apprendre. La seconde particularité marquante du Forum, c’est l’extrême diversité des professions présentées et regroupées par “Pôles métiers”. Je crois qu’avec cette quatrième édition, l’éventail est quasi complet.

Capcampus

La journée du Jeudi 5 est à guichet fermé. Que va t'il se passer pour les personnes qui vont assister à cette journée?

Isabelle Balkany

Elle est réservée à des classes de 3ème qui viennent avec leurs enseignants et se sont inscrites préalablement. L’intérêt, c’est qu’une “préparation”, un travail pédagogique a été entrepris en amont par les enseignants et est poursuivi après la visite. Mais, chaque année je suis frappée par le nombre de collégiens de ces classes qui reviennent le samedi, soit seuls soit avec leurs parents.

Capcampus

Et le site www.topmetier92.com, ce sera un salon permanent toute l'année ?

Isabelle Balkany

En quelque sorte. C’est dans tous les cas un lien permanent qui permet aux jeunes, mais aussi aux enseignants, d’être “connectés” au monde de l’entreprise et de trouver d’innombrables informations.

Capcampus

La journée du 6 Mars 2009 est ouverte à tous. Si je suis étudiant, qu'est ce ce forum peut m'apporter?

Isabelle Balkany

La vérité sur les métiers. Les professionnels qui viennent, bénévolement, participer au Forum ne le font pas pour faire du marketing ou “dorer la pilule” aux jeunes. Ils aiment leur métier et veulent transmettre l’intérêt qu’ils y trouvent. Mais ils sont également là pour dire si une filière est “encombrée”, si les espoirs d’embauche sont ténus ou larges, ils décrivent les avantages mais aussi les contraintes, parfois lourdes de leurs professions. On s’aperçoit vite que tous ces jeunes se font souvent des idées fausses sur beaucoup de métiers, certains les attirant parce qu’ils “brillent”, d’autres les rebutant par ignorance ou idées reçues. Mais je peux témoigner que des vocations ou au moins des envies d’entreprendre, parfois inattendues, sont nées durant les trois premières années. C’est la meilleure récompense possible pour ceux qui investissent temps et motivation dans Top Métiers.

Capcampus

D'une manière générale quelles sont les initiatives mises en place par le Conseil Général des Hauts de Seine pour les étudiants?

Isabelle Balkany

Je vous rappelle que notre compétence directe, ce sont les collégiens et je crois pouvoir dire que le Conseil général, par des dispositifs variés et novateurs en matière pédagogique ou technologique, leur donne des moyens exceptionnels d’apprendre dans les meilleures conditions. Pour ce qui est des étudiants, qui ne sont pas sous notre compétence directe, le Conseil général des Hauts-de-Seine est néanmoins très actif. Nous achevons la construction de l’IUT de Gennevilliers que nous avons entièrement financée. Nous aidons massivement, en fonctionnement et en investissement, les universités du département, notamment Paris X Nanterre et nous soutenons le Pôle Léonard de Vinci, initiative départementale réussie. Enfin, le Président du Conseil général, Patrick Devedjian, a confirmé notre volonté de construire rapidement 3 000 logements étudiants supplémentaires dont ont besoin les étudiants des Hauts-de-Seine.

Capcampus

Un dernier mot à nos lecteurs?

Isabelle Balkany

Mon souhait est de voir chaque année davantage de jeunes venir à Top Métiers car je sais qu’ils en sortiront avec des idées bien plus précises sur les métiers qu’ils choisiront peut-être un jour.


FERMER