Rechercher une Offre d'emploi

Jeune diplômé : travailler à l'étranger?

L’eldorado des jeunes diplômés des grandes écoles selon une étude récente

Publié le 21 février 2014

En 2013, l'enquête jeunes diplômés de l'Ipag Business School nous révélait que 30% débutent leur carrière à l'étranger. Les destinations phares sont le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Espagne, la Suisse et les Pays-Bas. Une parade efficace à la crise, sans compter des salaires d'embauche plus élevés (41 K€ en moyenne contre 34k€) et des opportunités d'emploi plus nombreuses.

Devant cette demande croissante l'Ipag BS a décidé de développer ses dispositifs pédagogiques pour favoriser l'expatriation de ses diplômés et faciliter leur insertion professionnelle à l'étranger.


  • Les Tracks Pays : Destination Chine, Russie ou Brésil


La Chine, le Brésil et la Russie sont devenus des acteurs économiques incontournables. Pour aider ses diplômés à conquérir ces nouveaux marchés aussi attractifs que complexes, l'Ipag BS propose à ses étudiants du programme grande école des modules optionnels afin de former de futurs managers totalement opérationnels à travailler dans ces zones.
Au programme tout au long des 5 années, pour le pays choisi : cours de langues renforcés, management en langue, culture et civilisation, droit, initiation à la vie des affaires, expatriation dans les meilleures universités...

  • Les accords de doubles et de triples diplômes : le duo/trio gagnant pour travailler à l'étranger


A l'occasion de la signature d'un 9me accord de double diplôme, avec l'Université de Greenwich à Londres « International Banking & Finance », c'est l'occasion pour l'Ipag BS de faire un point sur l'attractivité de ces parcours qui proposent aux étudiants de 4e et 5e années une immersion d'1 semestre minimum dans l'une de ses Universités partenaires et d'obtenir à la clé un double, voire un triple diplôme. Ainsi les étudiants de l'Ipag BS se spécialisent en Finance et Marketing au Royaume-Uni, Logistique en Australie, International Business aux USA, Russie, Allemagne ou Espagne. Bien que sélectifs (min 550 au TOEFL), ces parcours n'entraînent pas ou peu de surcoût de scolarité grâce à ces accords noués entre établissements. Plutôt avantageux lorsque l'on sait que les universités australiennes et américaines figurent parmi les plus chères au monde (de 12 à 20k€ l'année) !


FERMER