Rechercher une Offre d'emploi

Rsa Jeunes

Réaction de la confédération étudiante

Publié le 02 septembre 2010
Rsa Jeunes

Extrait du communiqué de la confédération étudiante en réaction au décret n° 2010-961 du 25 août 2010 realtif au RSA jeunes.

Aujourd'hui 1er Septembre 2010 rentre en vigueur en France métropolitaine, l'extension du RSA aux jeunes de 18 à 25 ans

Par décret « n° 2010-961 du 25 août 2010 relatif à l'extension du revenu de solidarité active aux jeunes de moins de vingt-cinq ans », le gouvernement fixe les conditions d'éligibilité au RSA jeunes.

L'essentiel du texte :

Les conditions d'éligibilité? au rSa pour les moins de 25 ans sont les mêmes que pour le RSA généralise? hormis la condition d'activité? :

  • Pouvoir justifier de 2 ans d'activité? a? équivalent temps plein au cours des 3 dernières années qui précédent la demande, soit de 3214 heures d'activité? au cours des trois dernières années.
  • Être de nationalité? française
  • Si la personne est étrangère, elle doit être titulaire depuis au moins 5 ans d'un titre de séjour autorisant a? travailler
  • Etre ressortissant de l'EEE (Espace Economique Européen) et justifier d'un droit au se?jour
  • Résider en France métropolitaine
  • Ne pas être en congé? sabbatique ou sans solde
  • Répondre a? des conditions de ressources
  • ......Etc

Pour la confédération Etudiante, le décret en l'état est très insatisfaisant pour deux raisons : Il ne favorise pas la réussite des étudiants salariés et revêt des discriminations.

1) Favoriser l'adéquation études- salariat

Le Rapport Berail du CES publié en 2007 montre que :.... «Lorsque la durée hebdomadaire du travail est au-dessus de 16 à 20 heures travaillées par semaine, le taux d'échec et d'abandon va en augmentant très fortement »..... « Ainsi, au delà du mi-temps, le travail des étudiants accroît les risques d'échec de manière très significative et l'échec accroît en retour les risques d'exercer un travail concurrent aux études. » Ces affirmations sont confirmées depuis par plusieurs enquêtes et études.

Or, pour bénéficier du rSa jeune, un étudiant de Licence 3 devrait avoir travaillé plus de 25h par semaine si on tient compte des périodes de vacances, de révisions et d'examens.

Cela exclut :

  • L'ensemble des étudiants salariés qui sont aujourd'hui 40% à 70% selon l'enquête de la Confédération Etudiante de 2009 : « qu'est ce qui change pour nous dans notre vie d'étudiant ! »
  • Les étudiants Assistants d'éducation travaillant dans les écoles et/ou animateurs des centres aérés.
  • Les étudiants master ou licence en alternance ou apprentissage....

2) Un système juste et équitable

La France accueille chaque année prés de 300 000 étudiants internationaux. Plus de 75% de ses étudiants exercent en plus de leurs études une activité salariale. Cette situation est même encouragée sinon soutenu par l'Agence Campus France chargée de promouvoir l'enseignement supérieur français à l'étranger. Voir site (http://www.campusfrance.org/fr/a-etudier/sejour01-6.htm). Pourtant malgré leur participation à la croissance ils ne bénéficient d'aucun retour sur investissement ; ce qui constitue une discrimination.

Revendications étudiantes :

La confédération étudiante interpelle le premier ministre et demande à la Ministre de l'enseignement supérieur et celui de la jeunesse de tenir compte de la spécificité des étudiants salariés et de faciliter leur réussite académique et d'insertion professionnelle.

Nous demandons :

  • La réduction du temps d'activité à 1607 heures dans les 3 ans.
  • L'accès au rSa jeunes à toutes personnes remplissant les conditions de durée d'activité sans distinction.
  • La mise en place d'un complément de revenu étudiant pour que chaque étudiant salarié puisse recevoir un complément de 50euro pour 100 euro gagné.

Enfin la Confédération étudiante est prête à travailler avec les services des deux Ministères pour trouver des solutions aux étudiants salariés.


FERMER