Logements intergénérationnels : à la découverte de l'association Ensemble2Générations

Interview de Joëlle Henrotte aui a accepté de nous parler de l'association Ensemble2Générations qui s'étend sur tout le territoire français pour vous proposer des logements intergénérationnels.

Publié le 03 mars 2014
Logements intergénérationnels : à la découverte de l'association Ensemble2Générations

Comment est née l'association Ensemble2générations ?

Ensemble2générations est née au printemps 2006. C'est madame De Penfentenyo qui l'a créé suite au JMJ de Cologne en 2005 où le pape demandait aux jeunes d'aider les personnes âgées pour ne pas qu'elles soient isolées. Mais pour le logement étudiant, c'est très dur aussi actuellement.

Quels sont les objectifs de votre organisme ?

Créer du lien. C'est le but premier. Créer du lien tout en rendant service aux étudiants et aux personnes âgées à qui cela évite d'aller en maison de retraite. Cela leur évite aussi d'avoir peur. Et puis cela permet aux personnes de différentes cultures et religions de vivre ensemble, d'apprendre à connaître l'autre.

Quelles conditions doit-on remplir pour cohabiter ensemble ?

La personne âgée doit pouvoir avoir une chambre à fournir de 9m² minimum. Les chambres doivent être meublées : lit, bureau, lumière, chauffage... On a du plus modeste au plus luxueux. La personne âgée ne doit pas être trop dépendante non plus car les étudiants ne sont pas des infirmiers. Quant aux étudiants, ils doivent avoir entre 18 et 30 ans et vouloir vivre avec une personne âgée de leur plein gré et partager du temps et des choses avec elle.

Comment les accueillants voient le fait de cohabiter avec des jeunes ?

On imagine les jeunes avec des écouteurs sur les oreilles et les personnes âgées qui ont Alzheimer (rire). Les clichés véhiculés par les médias ne donnent pas une bonne image ni des jeunes ni des personnes âgées alors que c'est tout le contraire ! Mais il faut avouer que les personnes âgées ont des réticences. Elles ont peur par exemple que les jeunes soient irrespectueux mais nous proposons une convention très protectrice pour les deux. On doit donc lever ces réticences en leur montrant que les jeunes ne sont pas toujours comme ça. On a d'ailleurs beaucoup de jeunes qui sont supers avec les personnes âgées en discutant avec eux, en leur tenir compagnie, et en rendant plein de petits services.

Comment mettez-vous en contact les jeunes demandeurs et les accueillants ?

Ce sont des gens qui ont des choses à partager uniquement car sinon cela ne marche pas. Il faut que la personnes âgées soit volontaire et l'étudiant aussi. On leur dit tout à l'avance afin qu'ils sachent dans quoi ils s'engagent. Il arrive très souvent que chacun est quelque chose à apprendre à l'autre : les étudiants initient les personnes âgées à l'informatique, par exemple. On a eu une personne âgée de 80 ans qui a appris l'informatique avec le jeune homme qu'elle hébergée puis elle nous a dit que par notre faute elle passait 2 heures sur l'ordinateur tous les jours ! (rire) Les jeunes qui viennent à nous sont des étudiants qui savent à quoi s'attendre car ils sont souvent seuls. Parfois les jeunes font trop la fête en colocation avec des jeunes et ratent leur année alors finalement cela leur rend service d'être avec des personnes âgées. Cependant avoir un peu peur de vivre avec quelqu'un de très âgé... J'avais une ancienne professeur de piano et un jeune en musicologie on les a donc mis ensemble. Une ancienne kiné a accueilli un jeune étudiant en kiné. On essaie de mettre en relation des personnes qui vont partager des choses.

Qu'en est-il du tarif ? Est-il le même pour tous ?

Nous fonctionnons avec des cotisations car notre association est sans but lucratif. Le tarif est de 10€ pour les étudiants et 40 € pour les personnes âgées, c'est notamment pour les recherches faites pour eux. Ensuite, il y a la cotisation annuelle si on trouve une chambre pour l'étudiant, il devra s'acquitter de 390 € et si on trouve un étudiant pour la personne âgée, elle devra débourser 280 €. Ce sont des montants maximum car on fait en sorte que tout le monde puisse y trouver son compte. Quand c'est dans le courant de l'année c'est moins cher mais toute les conventions s'arrêtent le 30 juin. Bien sûr, on peut les prolonger sur demande et on reste l'intermédiaire toute l'année.

Et le montant du loyer ?

Pour le montant du loyer, cela dépend de la formule choisie. La formule 3 (dédommagement solidaire) est de 350 € par mois maximum. Parfois les personnes âgées demandent 400 € car elles ont besoin d'un complément de revenus pour garder leur maison ou assurer leurs soins. Dans ce cas, on s'arrange toujours. Ensuite, il y a la formule 1 qui est gratuite mais en contre partie, l'étudiant se doit d'être là le soir et la nuit sauf une fois par semaine et un week-end sur deux. Puis il y a la formule intermédiaire (2) qui équivaut à 100 € que l'étudiant déboursera pour dédommager la personne âgée pour l'eau, l'électricité, etc. Ce sont pour les étudiants qui ne peuvent pas être là la nuit (internes en médecine, etc) mais en contre partie, ils offrent des services en semaine (ex : cours d'informatique). Bien sûr, l'étudiant ne prend pas le travail des auxiliaires de vie. On favorise l'action du personnel soignant car les personnes âgées sont chez elles et n'iront pas en maison de retraite. On ne leur fait pas concurrence. (découvrez les trois formules dans leur intégralité sur le site Ensemble2générations, NDLR)

Les jeunes ont-ils droit à une allocation logement ?

Ils peuvent demander l'APL suivant leur situation.

Les accueillants perçoivent donc un loyer ; ce dernier doit-il être déclaré ?

Normalement on doit déclarer tous les revenus perçus. Mais une exception est faite pour les personnes âgées qui accueillent un jeune chez eux. Le loyer ne doit pas dépasser 181 € par m² par an. Je donne le document officiel avec le texte de loi aux personnes âgées car si elles sont en dessous du seuil raisonnable, elles n'ont pas à le déclarer.

Y a-t-il des limites à la colocation intergénérationnelle ?

Ce sont plutôt des limites subjectives. Les personnes doivent être d'accord. Il y a des personnes âgées qui prendraient bien un étudiant mais ne le peuvent pas car elles n'ont pas l'aménagement nécessaires. L'étudiant, quant à lui, doit être prêt à partager. Cela fait grandir les jeunes et cela donne un sens aux personnes âgées. Certains disent que depuis qu'ils ont un étudiant chez eux, ils trouvent cela formidable. Une personne âgée italienne repasse les chemises du garçon qu'elle a accueilli et elle dit qu'il lui fait penser à son petit-fils et que ça lui fait plaisir de l'aider. Dans un autre contexte, une jeune fille que l'on a placé chez une dame âgée est heureuse d'entendre une personne âgée parler de sa vie de petite fille pendant la guerre. J'ai de très belles histoires à raconter ! Je pourrai vous en raconter toute la journée (rire). On se donne du mal pour les étudiants et il y a des liens qui se créent. On essaie de rendre service. Un autre exemple, un jeune homme était chez une personne âgée mais il a rencontré une jeune femme des Philippines et est parti vivre là-bas avec elle. Nous avons déjà reçu deux courriers de sa part ! C'est vraiment un lien très fort que l'on crée et c'est bien quand on reçoit encore des nouvelles.

Combien avez-vous créé de binômes depuis la création de l'association ? Et en 2013 ?

On en a formé près de 1 500 depuis la création de l'association. Soit 3 000 familles au total. Cela permet d'avoir du recul, de prendre de l'assurance et de nous améliorer encore et encore.

Quelle est la durée moyenne des engagements ?

Normalement à partir de septembre/octobre mais on fait encore des binômes au cours de l'année notamment pour les stagiaires qui doivent partir en stage. J'ai beaucoup d'étudiants qui prolongent d'une année à l'autre (40% environ). Certains font toutes leurs études chez la même personne. Durant l'été il y en a qui reste ou qui viennent pour faire des stages. Mais la plupart du temps, les engagements sont sur l'année scolaire.

Avez-vous eu des expériences malheureuses ?

Je n'en ai pas eu beaucoup. J'en ai une où ils se sont séparés d'un commun accord car le jeune devait partir pour un stage et il a trouvé un logement plus près et la personnes âgées n'avait finalement pas vraiment la motivation d'avoir une compagnie « jeune ». On a aussi des personnes âgées qui sont décédées. Mais hormis ces expériences malheureuses, on a des témoignages vraiment positifs.

Quelles conclusions en tirez-vous ?

C'est super ! Il faut le faire ! Il faut se lancer, ouvrir son appartement et son cœur aux étudiants ! Vu tous les témoignages que l'on a. Je ne fais pas de la publicité, je suis très heureuse de ce concept et de faire ce que je fais. (rire)

Ensemble2générations

16, rue Raymond Poincaré

78220 Viroflay

Tél : 01 30 24 81 28

Propos recueillis par Aurélie JULIEN


FERMER