Interview d'ADELE, ancienne élève de l'Ecole Grégoire FERRANDI, créatrice du gite le Jas de Mery

Une passion pour la cuisine et un superbe gîte niché comme dans un écrin dans le luberon pour un rendez vous de tous les sens !

Publié le 08 décembre 2009
Interview d'ADELE, ancienne élève de l'Ecole Grégoire FERRANDI, créatrice du gite le Jas de Mery

CAPCAMPUS

Vous avez été formée à la prestigieuse Ecole Grégoire FERRANDI. Quel souvenir gardez-vous de ces années d'étude ?

ADELE

C'est une excellente école, mais il faut être vraiment motivé car la formation requiert beaucoup d'engagement en temps en travail. J’ai eu l’opportunité de faire des rencontres très intéressantes au plan professionnel et de tisser des liens amicaux.

CAPCAMPUS

Quelles ont été vos motivations pour choisir cette école ?

ADELE

Cette école m'a était recommandée par un membre de ma famille et j’étais donc certaine de sa réputation.

Je voulais pouvoir disposer d’un savoir faire français, acquis auprès de professionnels français. Dans le cadre de mes recherches, j'ai débuté par des cours de « cordon bleu » à Paris, mais j'ai très vite eu le sentiment que ce genre de formation s’adressait davantage à des étrangers et les cours étaient dispensés en anglais.

J'avais envie d’en savoir plus sur la cuisine française qui est réputée partout dans le monde ainsi que sur le fonctionnement d'un restaurant. L’Ecole Grégoire Ferrandi répondait à mes attentes. En outre, j'aime faire plaisir aux gens.

CAPCAMPUS

Est-il facile d'y entrer ? Y a-t-il un concours ?

ADELE

Il n’est pas très aisé d’être admis dans cette école.

Il convient de noter que cette école n’était autrefois ouverte qu’aux professionnels en quête de perfectionnement.

Les conditions d’admission consiste en un test pratique : le candidat doit préparer une recette imposée devant un jury en un temps donné.

Le jury vous questionne également sur votre motivation. Pour ce qui me concerne, j'ai été refusée lors de ma première tentative, le jury ayant estimé que je n'étais pas encore prête.

CAPCAMPUS

Nous avons eu l'occasion de tester vos talents culinaires et il est évident que vous êtes très douée ! Selon vous, quels sont les points forts, d'un point de vue pédagogique, de l'Ecole FERRANDI ?

ADELE

Les enseignants sont tous des professionnels de talent et ils évoluent dans des horizons différents.

Les cuisines disposent d’un équipement très professionnel (cuisinières à gaz, électriques et à induction).

On a la chance de pouvoir cuisiner avec des denrées rares (ormeau…)

Le restaurant d'application nous permet d’appréhender le rôle de chef de cuisine, puisque les élèves sont responsables de ce qu’ils préparent (l’entrée, le plat ou le dessert) tout en ayant la responsabilité d’une petite équipe.

CAPCAMPUS

Est-il facile de décrocher un emploi à la sortie d'école ?

ADELE

Oui, c'est très facile, car l'école est vraiment connue dans les grands restaurants.

Le fait d’avoir été formée à l’Ecole Ferrandi est un gage de qualité.

CAPCAMPUS

Quel type de premier emploi avez-vous décroché à votre sortie d'école ?

ADELE

J'ai été embauchée par un restaurant 1 étoile Michelin comme demi-chef de partie, en contrat CDD dans un premier temps, puis, très rapidement en CDI.

J'aurais pu débuter dans un restaurant 2 étoiles Michelin si je l’avais souhaité, mais, pour moi, un restaurant 1 étoile était déjà très bien, car on vous y laisse faire beaucoup plus de choses, à condition bien-sûr de le mériter.

CAPCAMPUS

Adèle, vous êtes jeune et vous venez de vous lancer dans l'aventure de l'entreprenariat en créant le Jas de Mery, une chambre d'hôtes nichée dans le Lubéron. Quelle est l'origine de ce projet ?

ADELE

Ce projet est le fruit d’une longue réflexion.

Ce métier est très prenant et les horaires sont contraignants.

Je souhaitais pouvoir me rendre plus disponible pour fonder une famille et avoir du temps à moi, tout en continuant à vivre ma passion.

En outre, je souhaitais relever le challenge de créer ma propre affaire pour devenir indépendante.

CAPCAMPUS

Comment allez-vous pouvoir faire le lien avec votre passion pour la grande cuisine ?

ADELE

Qu’entend-on exactement par « Grande cuisine ? »

Pour moi, ce qui importe dans ce métier, ce n’est pas tant de disposer d’une brigade de 10 à 20 personnes, mais bien la qualité des produits, leur fraîcheur et la bonne cuisson dans le respect du produit.

Il est certain que je suis un peu limitée dans le nombre de produits que j’utilise, car je suis toute seule pour tout réaliser et assurer le service, mais je fais du mieux que je peux avec tout mon cœur.

CAPCAMPUS

Quelles sont les difficultés rencontrées dans un tel projet ?

ADELE

Une chambre d’hôtes avec table d’hôtes est une petite structure.

Le fait d’être seule à tout gérer est assurément contraignant et difficile.

Je déplore de n’avoir pas assez de temps à consacrer à mes hôtes et à mes différentes tâches.

Par ailleurs, il s’agit d’une activité saisonnière et il y a donc des mois creux qui obligent à une organisation rigoureuse. Quoi qu’il en soit, j'adore être à mon propre compte !

CAPCAMPUS

Quel est votre pire souvenir dans cette expérience de création d'une activité ?

ADELE

Mon pire souvenir est d’avoir un jour retrouvé une chambre endommagée par des taches de vin.

Les hôtes étaient des amis qui ne m’ont rien dit en partant.

CAPCAMPUS

Et votre meilleur souvenir ?

ADELE

Toutes ces belles rencontres avec des gens formidables.


FERMER