L'interview exclusive d'Etienne Espivent, Président de l'association HandiSudria

Nous avons voulu en savoir plus sur l'association, après le succès de l'événement "Les cordées de l'insertion"

Publié le 23 juillet 2009
L'interview exclusive d'Etienne Espivent, Président de l'association HandiSudria

Capcampus

Pouvez-vous nous présenter votre association Handi-Sudria en quelques mots ?

Etienne Espivent

Fondée en 2008 par des élèves ingénieurs de l’ESME Sudria, notre association a pour principal but de sensibiliser les étudiants sur le thème du handicap. Nous souhaitons faire évoluer les mentalités, informer, mais également sensibiliser les cadres de demain sur l’intégration des personnes en situation de handicap dans le monde professionnel.

Pour ce faire, nous menons différentes actions telles que la mise en ligne de notices relatives aux différents handicaps et la présentation d’innovations technologiques dans ce domaine, y compris celles développées au sein même de notre école. Nous organisons également des événements pour sensibiliser les étudiants et le grand public sur la problématique du handicap.

L’initiative des « Cordées de l’Insertion » événement créé par l’association HandiSudria et co-organiser avec le site Hanploi vient enrichir les expériences de vie des participants et aussi celle de l’opinion public vis-à-vis du handicap.

Capcampus

Quels sont les objectifs de l’événement « Les Cordées de l’Insertion » ?

Etienne Espivent

Le premier objectif est de faire changer les mentalités sur la façon de percevoir le handicap.
Donner des exemples de réussites en démontrant que l’handicap n’est pas synonyme de barrière mais au contraire qu’il devient source de challenge.

Prouver que face aux éléments naturel, face à la montagne certaines personnes se révèlent et prennent la mesure de leur destin qu’elles soient handicapées ou pas.

Valoriser l’action des entreprises en faveur de la diversité. Nos partenaires financiers : Capgemini, Crédit Agricole SA, Go Sport, INEO, Lafuma et la SNCF qui depuis de nombreuses années travaillent en faveur de la diversité au sein de leurs équipes et en particulier sur l’insertion des travailleurs en situation d’handicap.


Le bilan 2009

Le bilan 2009

Capcampus

Quelle en est la portée ?

Etienne Espivent

Cet événement s'adresse principalement, aux étudiants, aux responsables et aux personnes handicapés. Il y a toujours dans une vie des moments difficiles, des caps à franchir. Les cordées de l'insertion avec comme principal obstacle « la montagne » a demandé un surplus de solidarité, d'esprit d'équipe permettant à chacun de s'épanouir et d'atteindre ensemble les sommets.

Les valeurs unificatrices du sport permettent toujours de porter un message d'une prodigieuse force. Parmi les candidats, il y avait différentes cultures et origines.

La diversité était aussi représentée par des hommes et des femmes d'âges différents de 21 à 61 ans. Cette richesse intergénérationnelle présente dans les cordées a permit des échanges nourris et variés lors de cette semaine des cordées. Le handicap était l'un des éléments de cette diversité.

Capcampus

Quel bilan dressez-vous de l'édition 2009 ?

Etienne Espivent

Nous avons réussi à gravir deux sommets. Le premier le fut dès le lundi 22 juin : le Grand Paradis culminant à 4061 m fut conquis en partant depuis le refuge Victor Emmanuel en Italie.

La cohésion des cordées était réalisée par les trois guides et par des cordées volantes conduites par deux passionnés de hautes montagnes de l'association HandiSudria.

Une autre personne en situation de handicap de cette association a eu la responsabilité d'une cordée de deux personnes valides dans la montée vers le Grand Paradis.

Le Mont-Blanc était bien sur notre objectif principal mais pour des raisons météorologiques les guides nous ont proposé l'ascension des Aiguilles du Tour culminant à 3542 m. Après tout ces longs efforts, le jeudi 25 juin l'hélicoptère a immortalisé l'instant où l'équipe était arrivée au grand complet au sommet des Aiguilles.

Lors de notre séjour à Chamonix, des gens sont venus nous aborder et échanger leurs impressions et sympathies à propos de notre périple.

Le bilan émotionnel et sportif fut d'une intensité à la hauteur de l'événement. Tous les jours les candidats furent confrontés à une épreuve sportive, et se sont montrés à la hauteur de l'enjeu en portant un rêve de diversité sur les sommets des Alpes.



Les challenges de l'édition 2009

Les challenges de l'édition 2009

Capcampus

Quels ont été les principaux challenges ?

Etienne Espivent

S'adapter aux conditions météorologiques. Lors de l'ascension du Grand Paradis les conditions météo se sont dégradées très rapidement nous obligeant à redoubler d'efforts.

La journée d'escalade (Falaise du Fayet, jusqu'à 40 m de hauteur) fut aussi un autre challenge aussi bien sportif que moral.

Les guides qui nous ont fait partager leur passion de la haute montagne tout au long de la semaine ont eu aussi un challenge : celui de s'adapter à leur compagnon de cordée qu'ils soient sourd ou aveugle. L'un des guides avait déjà emmené une personne aveugle plusieurs fois en haute montagne dont le sommet du Mont-Blanc. Les guides non sensibilisés au handicap en haute montagne ont beaucoup appris au contact de ces personnes.

Capcampus

Quels sont vos projets pour l'année prochaine ?

Etienne Espivent

HandiSudria et le site Hanploi s'apprêtent à sortir le film des cordées de l'insertion.

En septembre le bureau HandiSudria 2008/2009 passera le relais à la nouvelle équipe. L'association et tous ces bénévoles, jeunes étudiants ingénieur de l'ESME Sudria continueront à perpétuer cet esprit de désintéressement, d'allant qui furent les leurs pendant les cordées. Le bénévole fait le choix de la générosité et de la rigueur. Etre bénévole c'est donner de son temps, de son énergie, de son coeur, mais aussi se former, mener des démarches, respecter des procédures, favoriser le lien social ». (de Miren Lartigue et Pascaline Roi).

Capcampus

Un dernier mot ?

Etienne Espivent

Les 14 membres de l'association HandiSudria, ce sont inscris dans une démarche humaine et sociétale en semant l'espoir et en refusant la fatalité. C'est ainsi que sont nées les cordées. Nos entreprises partenaires nous ont soutenues car les cordées de l'insertion étaient aussi le reflet de leur philosophie.

L'équipe manque encore de recul face à l'expérience inoubliable qu'elle a vécue mais tous se souviendront toujours de ces moments intenses où chacun se donnaient pour les autres sans rien demander en échange.

Il ne faut jamais baisser les bras en toutes choses. Toute vie humaine est une aventure et l'aventure d'un seul être humain engage l'humanité entière car sa réussite demande de l'entraide, de la solidarité, de la compréhension, ...


Plus de photos...

Plus de photos...


Plus de photos 2...

Plus de photos 2...


Plus de photos 3...

Plus de photos 3...


FERMER