35 métiers scientifiques et techniques défient la crise et sont riches en offres d'emploi

et pourtant les jeunes désertent les secteurs scientifiques et techniques créateurs d’emplois

Publié le 27 juin 2013
35 métiers scientifiques et techniques défient la crise et sont riches en offres d'emploi

Les résultats de la 4ème édition de l’Etude RepéragesTM réalisée par Global Contact pour Orange, à partir de données inédites de Pôle Emploi sont sans appel : les besoins de recrutements augmentent dans 35 métiers scientifiques et techniques : +13% de 2010 à 2013,
pourtant moins de jeunes s’orientent vers ces filières. Décryptage.

 

En 10 ans, la proportion de diplômés dans les sciences et technologies a diminué de 3.5%

Paradoxe de la génération Y, alors que plus de 60% des jeunes lycèens français dèclarent aujourd’hui être intèressès par ces sujets, seul un quart d’entre eux s’oriente ensuite vers ces filiéres de formation dans l’enseignement supèrieur. Pour Claudine Schmuck, auteure de l’Etude RepéragesTM «Moins de jeunes s’oriententvers les mètiers scientifiques ettechniques alors même que c’estlàqueletaux d’emploides diplômès est l’un des meilleurs et qu’il résiste le mieux à la crise ! C’est un paradoxe symptomatique d’un certain désenchantement, révélateur d’insuffisances dans l’orientation».

… Pourtant les besoins de recrutements augmentent : +13% de 2010 à 2013

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les besoins de recrutement augmentent de 13%entre 2010 et 2013. Plus précisément en 2013, plus de 130 000 projets de recrutements sont identifiés dans 35 métiers scientifiques et techniques. De ce fait, les diplômés issus de ces formations ont un taux d’emploi qui reste élevé malgré la crise. A titre d’exemple,alors queletauxd’emploidel’ensembledes èlévesdusupèrieur estde 82%, ce tauxest de 88% pour les étudiants ayant un BTS industriel, et atteint 92% pour les étudiants dotés de licences industrielles. Untaux d’emploipresqu’aussièlevèqueceluides èléves diplômés des ècoles d’ingènieurs, qui en 2013, deux ans après leur sortie de l’ècoleontun tauxnetd’emploi de 94%.

... notamment dans le numérique et l’environnement.

  • 13% l’augmentation des besoins de recrutement entre 2010 et 2013
  • 92 % le taux d’emploi des diplômés en licence industrielle
  • 94% taux d’emploi des diplômés d’école d’ingénieurs

 

Actuellement les métiers pour lesquels les opportunités de recrutements progressent le plus en trois ans sont liées au numérique et à l’environnement. Eneffet lesbesoins detechniciens dans l’environnement ou encore ceux d’employès dans l’informatique augmentent de plus de 50%de 2010 à 2013. Certains secteurs, dont notamment celui du numérique parviennent même à pourvoir difficilement certains postes. A tel point que le taux de difficulté est évalué à plus de 70% pour les cadres informatiques, et 63%, pour les ingénieurs et cadres télécommunications.

Ce constat confirme l’importance des enjeux, ainsi qu’en tèmoigne Ludovic Guilcher, Directeur Adjoint chargé des politiques RH chez Orange : « Cela ne peut que renforcer notre conviction qu’Orange a une responsabilitè particulièrequandnousaccueillons des milliers dejeunes chaque année en alternance,en thèse,en stage pour vivre cette fameusepremièreexpérienceaucœur du numèrique.Ces jeunes disposentd’un atoutqui intèresse les employeurs potentiels bien au-delà de notre Groupe et de notre secteur ».


Croissance des besoins de recrutements dans les métiers scientifiques et techniques

Croissance des besoins de recrutements dans les métiers scientifiques et techniques


Les 10 métiers sciences et technologies qui recrutent le plus en 2013

Les 10 métiers sciences et technologies qui recrutent le plus en 2013


Taux d'emploi des jeunes trois ans après la fin des études

Taux d'emploi des jeunes trois ans après la fin des études

Source : Données inédites Enquête en Besoin de Main d'oeuvre de Pôle Emploi 2010 et 2013, analyse Global Contact & Source : CEREQ, 2012, analyse Global Contact.


Documents associés


FERMER