Interview de Mikaël, pilote de l'aéronautique navale

Comment devenir pilote?

Publié le 22 juin 2007

Capcampus

Volez dans la "royale " c'est une vocation depuis que vous êtes tout petit ou une suite de rencontres et d'opportunités ?

Mikaël

C'est une vocation depuis que je suis tout petit. Mon père était déjà dans la Marine.

Capcampus

Pouvez nous résumer en quelques lignes votre cursus avant de vous engager dans cette direction?

Mikaël

Après mon bac S (spécialité technologie industrielle), j’ai fait l’école de maistrance pour devenir électronicien de bord dans l’aéronautique navale. Ensuite, j’ai exercé ce métier durant 3 ans avant de passer les concours internes pour devenir pilote dans l’aéronautique navale.

Capcampus

En résumé on est plus obligé de faire l'enac ou salon pour être pilote ?

Mikaël

Non, pour devenir pilote de l'aéronautique navale, un simple bac S suffit pour passer les pré-sélections.

Capcampus

Quelles sont les différentes étapes de la sélection ?

Mikaël

Il y a une pré-sélection puis une sélection.

La pré-sélection repose sur des tests psychotechniquses, des tests d’anglais type TOEIC, des tests de connaissance aéronautique, des tests de sport ; un entretien avec des pilotes ; une visite médicale et une épreuve en simulateur de vol.

Puis vient une période probatoire de quelques semaines avant la sélection.

La sélection repose sur des vols : vous êtes sélectionné et vous devez prouver vos compétences et vos capacités d’assimilation du domaine aéronautique en 14 vols.

Capcampus

Quelle matière va t'il falloir bosser et maîtriser?

Mikaël

L’anglais et le sport (la natation et l’endurance). Ce sont généralement les deux matières qui pêchent parmi les candidats.

Capcampus

Vous volez sur quel type d'avion ?

Mikaël

Je suis instructeur et je fais passer les 14 vols de sélection sur avion Cap 10.

Capcampus

Votre pire souvenir dans toutes ces étapes avant de devenir pilote?

Mikaël

Mon pire souvenir remonte au moment où j'étais élève. La période des 14 vols est la plus difficile, la pression est très forte. Si on passe pas cette étape, on ne devient pas pilote dans la marine.

Capcampus

Et le meilleur souvenir?

Mikaël

Mon meilleur souvenir : les premières missions tout seul, en tant qu’élève. Premier décollage avec un atterrissage. On fête le premier vol solo.

Capcampus

Un dernier mot pour nos lecteurs

Mikaël

Si vous êtes étudiant et que vous n’êtes pas sûr d’être dans la bonne voie ou que vous hésitez encore sur votre futur métier, à condition d’être motivé, tentez votre chance avec la Marine !



Merci à Mikaël pour cet interview réalisé grâce à l'ONISEP qui organisait un chat avec Miakël. Merci également à l'ONISEP qui nous a mis en relation avec Mikaël.


FERMER