Enseignement supérieur : le défi des classements

Joël Bourdin tire les enseignements des classements internationaux

Publié le 04 juillet 2008


Dans son rapport intitulé « Enseignement supérieur : le défi des classements », M. Joël Bourdin (UMP, Eure), Président de la Délégation du Sénat pour la Planification, tire les enseignements des classements internationaux, dont le succès est particulièrement retentissant en France. L’objectif de placer deux établissements dans les 20 premiers mondiaux, et 10 parmi les 100 premiers témoigne de la légitimité accordée, au plus haut niveau, à cette forme d’évaluation.

Or à l’examen, les classements internationaux ne reflètent qu’imparfaitement la réalité. Leur intérêt tient davantage à leur effet mobilisateur qu’à leur valeur intrinsèque.

S’ils suscitent un tel engouement, c’est qu’il règne une grande opacité sur les performances de nos établissements d’enseignement supérieur. Celle-ci est regrettable : elle crée des « asymétries » d’information préjudiciables à l’efficacité et à l’équité du système universitaire ; elle laisse libre cours à des classements qui, bien que critiquables, ont un réel impact sur les acteurs de l’enseignement, comme le montre l’enquête réalisée par le rapporteur auprès des chefs d’établissements français. Cette enquête, menée auprès de 106 dirigeants d’universités et de grandes écoles, avec un taux de réponse de 75 %, établit notamment que :
  • 71 % d’entre eux jugent le classement de Shanghai utile ;
  • 61 % ont pour objectif explicite d’améliorer leur rang dans ce classement ;
  • 83 % ont pris des mesures concrètes destinées à améliorer leur rang dans les classements internationaux.

  • Ce constat étant effectué, le rapport esquisse les contours d’un véritable système d’information public, susceptible de produire des classements « à la carte », qui regrouperait toutes les informations utiles aux étudiants, aux chercheurs, à l’ensemble des acteurs du monde universitaire, aux pouvoirs publics ainsi qu’aux entreprises. Les intérêts en cause justifient de confier cette tâche à un organe de régulation public indépendant, tel que l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES).

    De nombreux indicateurs existent, notamment dans le cadre des contrats entre État et établissements. Ils mériteraient d’être mieux exploités au service du public. Par exemple, les taux de réussite et taux d’abandon des étudiants devraient être plus facilement accessibles.

    D’autres indicateurs devraient être construits et publiés :
  • d’une part, des indicateurs harmonisés concernant la satisfaction des étudiants et leur devenir professionnel ;
  • d’autre part, des indicateurs bibliométriques améliorés, tels que ceux actuellement en cours d’expérimentation par l’Observatoire des sciences et techniques (OST), qui devraient être rendus publics dès que possible ;
  • enfin, des indicateurs concernant, d’une part, la « valeur ajoutée » des établissements en fonction des caractéristiques des étudiants et, d’autre part, l’impact des établissements sur le développement territorial seraient utiles.

  • Une telle évolution constituerait une avancée appréciable, sur la voie du classement européen que la France appelle de ses vœux.

    Politique


    Politique et étudiants : Quelles mesures politiques en faveur des étudiants ? Quelles sont les forces en présence? Que disent les syndicats. Grand rendez vous avec les électeurs. Quelle est la place donnée dans les programmes aux étudiants?


    FERMER