Rechercher une Offre d'emploi

Les entreprises du médicament recrutent !

Avec plus de 11 000 recrutements en une année, les entreprises du médicament sont un vivier d’emplois d’avenir

Publié le 19 octobre 2021

La lutte contre le Covid-19 a mis en avant le savoir-faire des entreprises du médicament et a positionné ce secteur comme stratégique pour l'avenir du pays. Alors que plus d'1 jeune sur 2 craint de ne pas trouver facilement d'emploi à l'issue de ses études (53 % selon une étude Ipsos menée pour le Leem du 8 au 16 septembre 2021), les entreprises du médicament ont des besoins en nouvelles compétences, forment et recrutent dans les métiers du futur : chercheurs, bio-informaticiens, responsables des essais cliniques, responsables qualité, conducteurs de lignes de fabrication, data scientists, webmasters...

Même si la crise sanitaire a fait prendre conscience à 54 % des jeunes de l'utilité des entreprises du médicament, moins d'un tiers envisage d'y travailler. Or, l'étendue des métiers proposés, les opportunités d'emplois restent largement méconnues. Face à ce besoin d'informations, le Leem présente aujourd'hui tous les éléments qui font de cette industrie un secteur attractif qui participe pleinement à la sortie de crise.

Des actions spécifiques pour les jeunes

Tout au long de la crise du Covid-19, les entreprises du médicament ont démontré leur capacité d'adaptation et leur engagement responsable : elles ont assuré la continuité d'activité de leurs sites de production pour garantir aux patients l'accès à leurs traitements. Dans le même temps, le secteur qui emploie près de 100 000 personnes en France, a maintenu un dialogue social innovant, avec de nouvelles avancées en matière de télétravail, de santé et de qualité de vie au travail, ou encore d'accompagnement des jeunes dans leur insertion professionnelle. Notamment, en ce qui concerne l'alternance, les entreprises du médicament se sont fixé un objectif ambitieux. Elles se sont engagées à former 8 000 alternants par an dès 2024.

Le secteur souhaite également s'ouvrir davantage à de nouveaux publics et recruter plus de talents issus des quartiers prioritaires de la ville ou des zones de revitalisation rurale. Pour faire connaître à ces jeunes les opportunités d'emplois du secteur, le Leem a noué plusieurs partenariats avec Pôle Emploi, l'APEC, Entreprendre pour Apprendre afin de susciter des vocations et orienter les talents vers les formations et les entreprises du médicament par une approche originale des métiers du médicament.

« Les entreprises du médicament sont un secteur en pleine transformation, porteur d'innovations et de sens pour les personnes à la recherche d'un emploi. Comme le montre le sondage Ipsos, l'auto-censure éloigne trop souvent les jeunes qui pensent ne pas avoir les compétences requises. Or, il existe 150 métiers différents dans notre industrie. Et tout jeune formé en alternance dans nos métiers de santé est assuré de décrocher un emploi dans les entreprises du médicament », rappelle Frédéric Collet, Président du Leem.

Les entreprises du médicament sont un acteur majeur de la reprise économique et de la reconquête de l'autonomie sanitaire française avec un niveau élevé de recrutements chaque année. En 2020, alors que l'emploi global dans l'industrie diminuait en France de 1,2 %, les effectifs de l'industrie pharmaceutique progressaient, eux, de + 0,5 %, avec 11 380 personnes recrutées dans des métiers d'avenir. Les profils recherchés sont variés et de nouveaux métiers émergent, en particulier dans la bioproduction, la gestion des data ou encore l'intelligence artificielle. Ces emplois tournés vers le futur sont à haute valeur ajoutée et nécessitent de nouvelles compétences. 5 000 postes seront par exemple à pourvoir dans le domaine du numérique en santé à l'Horizon 2026.

« Une même passion anime les salarié(e)s du secteur, quelle que soit leur fonction, du contrôleur de ligne de production au data scientist. Notre industrie offre des perspectives de carrière et recrute en permanence ses futurs talents, notamment dans les métiers émergents et difficiles à pourvoir », souligne Michael Danon, président de la Commission Emploi du Leem.

Des bassins d'emplois en région

L'impact de la transformation des métiers sur la redynamisation des territoires est fort : la trajectoire positive de l'emploi concerne toutes les tailles d'entreprises au-dessus de 100 salariés et a des impacts directs et indirects importants dans les six principaux bassins d'emploi du secteur : Ile-de-France, Auvergne-Rhône Alpes, Normandie, Centre Val de Loire, Hauts de France et Grand Est. Des opportunités d'emplois s'ouvrent également dans les PME du secteur qui recherchent activement des profils de Bac Pro au Master 2. L'effet d'entraînement de l'industrie pharmaceutique est significatif : 1 emploi dans les entreprises du médicament génère jusqu'à 3 emplois dans l'économie française.

Principaux résultats du sondage Ipsos mené du 8 au 16 septembre 2021

pour le Leem auprès de 200 jeunes de 17 à 23 ans

  • 47 % des étudiants seulement pensent qu'ils trouveront « facilement » un emploi à la fin de leurs études.
  • 54 % des jeunes ont pris conscience avec le covid-19 de l'utilité des entreprises du médicament.
  • 28 % des jeunes se verraient travailler dans les entreprises du médicament.
  • 1/3 de ceux qui ne sont pas attirés pense qu'ils n'ont pas les compétences requises.

Pour ceux qui souhaitent travailler dans l'industrie pharmaceutique, l'intérêt du travail (38 %), le niveau de salaire (38 %) et le fait d'avoir une mission d'intérêt général et de santé publique (34 %) constituent les atouts majeurs du secteur.


FERMER