Séisme Haïti : Aide et Action appuie la formation des journalistes pour des médias acteurs de la reconstruction

Ouverture d’un master en journalisme à Port-au-Prince

Publié le 20 août 2010
Séisme Haïti : Aide et Action appuie la formation des journalistes  pour des médias acteurs de la reconstruction

L'ONG internationale Aide et Action, en partenariat avec l'Université Quisqueya et le CFPJ (Centre de Formation Professionnelle des Journalistes, à Paris) appuie l'ouverture d'un master en journalisme à Port-au-Prince. Cette formation diplômante et qualifiante débute en septembre 2010.

Aide et Action, en partenariat avec l'Université Quisqueya et le Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ), lance en septembre 2010 un programme de master en journalisme, avec le soutien de l'UNESCO de l'Ambassade de France et de l'Union Européenne. En un an, une centaine de jeunes seront formés au métier de journaliste. Ils pourront ainsi diffuser au plus grand nombre les informations nécessaires au retour à une vie plus normale. Le projet vise à doter le pays d'une génération de journalistes qui pourront être les relais critiques des politiques publiques touchant le développement et les actions d'intérêt initiées par la société civile.

Pour Nesmy Manigat, directeur Amérique Latine-Caraïbes de l'ONG internationale Aide et Action : « Grâce au master en journalisme, l'Université Quisqueya, le CFPJ et Aide et Action ont pour ambition d'aider les jeunes Haïtiens à remettre l'ensemble de leur pays et sa population sur pieds. L'existence d'une presse modernisée est nécessaire pour appuyer la jeune génération à bâtir une démocratie nouvelle qu'elle appelle de ses vœux ».

Jacky Lumarque, recteur de l'université Quisqueya ajoute : « En 2009, Haïti c'était 3 millions d'analphabètes, un haïtien sur 3, et 12 prix littéraires dans la francophonie. Ce que nous attendons d'une nouvelle génération de journalistes haïtiens c'est de montrer la réalité des choses, pas seulement les mauvaises images. Une presse libre et professionnelle est nécessaire pour la construction d'une démocratie, d'un état de droit, d'une nouvelle vision du monde ».

En Haïti, après le séisme, les besoins en information de la population sont un point central de leur reconstruction et de leur développement : « à qui m'adresser pour récupérer un terrain ? Comment construire une maison qui ne s'écroule pas ? Où puis-je inscrire mes enfants pour la prochaine rentrée scolaire ? Ou mes enfants peuvent-ils être accueillis pendant que j'entreprends les démarches et cherche un emploi ? » sont autant de questions auxquelles les Haïtiens ne trouvent pas les réponses dont ils ont tant besoin et que pourraient par exemple leur apporter les médias grâce à des professionnels formés avec ce Master en journalisme.

Cet accord fait suite à une coopération universitaire engagée il y a trois ans de cela. Le 15 mars 2007, l'Université Quisqueya et Aide et Action International signaient avec sept autres universités haïtiennes et dominicaines les bases d'une coopération pour promouvoir la paix et le développement durable entre les deux nations à travers des projets de recherche, d'appui technique et de formation. Sous les auspices des chefs d'Etat des deux pays réunis pour l'événement ainsi qu'en présence de leurs ministres de l'éducation, les signataires s'étaient engagés à « appuyer la formation de professionnels capables d'interpréter avec rigueur les réalités sociales, régionales, nationales et internationales marquant le développement des deux pays ».

Trois ans plus tard, à l'invitation des ministres d'éducation d'Haïti et de la République dominicaine, les universités partenaires de cette coopération organisèrent le 12 avril 2010, un forum international pour appuyer la reconstruction de l'enseignement supérieur gravement touché par le séisme du 12 janvier. Ce forum conclut sur l'importance pour les universités haïtiennes de « renforcer la pertinence de leurs offres de formation en lien avec les besoins d'éducation et de développement d'Haïti ».


Actualité du monde des associations et en particulier tout ce qui touche au monde associatif des jeunes et des étudiants


les associations étudiantes sont de réelles micro-entreprises. elles vont non seulement permettre aux fondateurs de vivre une aventure humaine unique, mais aussi de compléter leur cv en prouvant leur sens de l'initiative. capcampus, le site portail de la communauté étudiante (bde, entreprises étudiantes, associations) vous dévoile toutes les ficelles pour créer, financer et animer votre propre association étudiante.


FERMER