Les jeunes conducteurs : une prise de risque excessive...

8ème Baromètre AXA Prévention sur le comportement des Français au volant

Publié le 27 mars 2012
Les jeunes conducteurs : une prise de risque excessive...

AXA Prévention présente les résultats de son 8ème baromètre du comportement des Français au volant.

Cette année, un focus tout particulier est réalisé sur les jeunes conducteurs. Qui sont les conducteurs de 18 à 25 ans et quel est leur comportement au volant ? Souvent loin des idées reçues, c'est la photographie d'une génération qui apparaît.


*Enquête réalisée par téléphone en janvier 2012 auprès d'un échantillon national représentatif de 1100 personnes avec un panel dédié de 300 jeunes de 18-25 ans.




Les jeunes sont très concernés par les dangers liés à l'alcool, au cannabis et à la grande vitesse ... mais ils prennent beaucoup de risques.



L'enquête démontre que les jeunes ont été bien imprégnés de la prévention routière depuis des années. Toutefois, leur attitude est paradoxale : ils se révèlent volontiers moralistes, pourtant ce sont eux qui prennent les plus gros risques sur la route. Ils ne représentent que 8,8% de la population française mais 20,8% des personnes tuées sur la route.

Face à leur perception assez aléatoire du danger, il apparaît que seule l'expérience permet de vraiment mesurer les risques.


Les dangers identifiés par les 18-25 ans



  • Prendre le volant après avoir fumé du cannabis : le plus dangereux des comportements au volant, juste devant l'alcool, selon les jeunes



93% des jeunes interrogés estiment qu'il est très dangereux de conduire après avoir fumé du cannabis (une opinion émise par 89% des conducteurs, tous âges confondus).

Prendre le volant après avoir bu plus de 2 verres de boisson alcoolisée est jugé dangereux par 83% des 18-25 ans. Le reste de la population partage ce point de vue à 77%. Bien conscients du danger, 88% des jeunes anticipent le retour de soirée et désignent au préalable celui qui restera sobre et conduira au retour.


Un bémol cependant, la situation n'est pas non plus idyllique car 13% des jeunes reconnaissent avoir déjà été raccompagnés par un conducteur qui avait bu de l'alcool ou fumé du cannabis.

Ainsi, 1 jeune conducteur sur 5 avoue avoir pris le volant tout en sachant qu'il était au-dessus du seuil d'alcoolémie légale ou après avoir fumé du cannabis. 36% d'entre eux transportaient des passagers. Il faut savoir que l'usage des stupéfiants est passible de 2 ans d'emprisonnement, de 4 500 € d'amende et du retrait de 6 points de permis.

  • Les 18-25 ans se sentent en sécurité sur les routes, mais ils jugent plutôt sévèrement les autres automobilistes




Les 18-25 ans appartiennent à la catégorie d'âge qui se sent le plus en sécurité sur les routes : c'est le cas pour 70% d'entre eux.

Les jeunes sont les plus sévères à juger la conduite des autres conducteurs. Si 61% des automobilistes estiment que leurs compatriotes sont plutôt de bons conducteurs, les 18-25 ont un jugement beaucoup plus dur - ils ne sont que 42% à considérer les autres automobilistes comme de bons conducteurs.


  • Les jeunes conducteurs sont pleinement conscients des dangers liés à la grande vitesse




Beaucoup plus que leurs aînés, les jeunes sont sensibilisés aux dangers liés à la grande vitesse puisque 77% d'entre eux affirment qu'il est dangereux de rouler à 160-170 km/h sur autoroute. Cette opinion est émise par 66% des conducteurs, tous âges confondus.

Dans les faits, 14% des jeunes déclarent rouler à 160-170 km/h sur autoroute. Chez les autres conducteurs, le chiffre atteint 19%.



Des prises de risque trop importantes


  • Franchissement d'une ligne blanche pour doubler, slalom, non respect des distances de sécurité, feu orange ignoré : de graves infractions au code de la route commises surtout par les jeunes




Alors que les règles du code de la route devraient être encore fraîches dans leur mémoire, les 18-25 ans commettent des infractions très dangereuses.

Ainsi, la prise de risque est plus forte chez les jeunes : ils sont 35% à franchir une ligne blanche pour doubler un véhicule (une infraction commise par 29% des autres conducteurs).

34% n'hésitent pas à rouler à vive allure à quelques mètres du véhicule qui les précède (22% des conducteurs) et 26% des jeunes conducteurs slaloment pour doubler ou changer de file fréquemment (c'est le cas pour 18% des conducteurs).

Concernant le feu orange, 8 jeunes sur 10 semblent ignorer le danger lié à son franchissement. Ils sont 85% à déclarer ne pas s'y arrêter.


  • La fatigue : c'est pour les autres




Les 18-25 ans relativisent davantage les effets de la fatigue sur la conduite. Certes, ils sont 82% à reconnaître qu'il est dangereux de prendre le volant ou continuer à conduire alors qu'ils se sentent fatigués (tous âges confondus, 86% des conducteurs partagent cet avis).

Dans les faits, 65% des jeunes prennent le risque de conduire et de continuer à conduire lorsqu'ils sont fatigués. Le chiffre est de 50% pour les autres catégories d'âge.

Les jeunes conduisent aussi de nuit : 69% d'entre eux conduisent entre 22 heures et 5 heures du matin pour effectuer un long trajet (c'est le cas pour 57% des autres conducteurs). Un danger réel car l'on sait que la fatigue demeure l'une des premières causes de mortalité sur autoroute.

  • Ils sont hyper-connectés : les jeunes conducteurs usent et abusent de l'usage du téléphone au volant



Les jeunes, qui ont grandi avec le téléphone portable, semblent avoir les plus grandes difficultés à s'en séparer.

Il semblerait que l'imprudence au volant chez les jeunes conducteurs soit aussi liée à à la perception du risque : 78% des conducteurs âgés de 24-25 ans jugent que téléphoner au volant est dangereux, les Français sont eux aussi 78% à le penser.

Dans les faits : 57% des 18-25 ans téléphonent au volant - 37% des Français le font également.



Tandis que les Français sont 92% à déclarer qu'il est dangereux de consulter ou envoyer un SMS au volant, là encore, ce sont les jeunes qui relativisent le plus ce risque : seuls 75% d'entre eux émettent cette opinion.

Dans les faits : 63% des 18-25 ans consultent et écrivent des sms au volant - 17% des Français le font également.

Suivre son itinéraire sur le GPS de son smartphone n'est considéré comme dangereux que par 55% des Français. C'est bien pire chez les jeunes conducteurs car seuls 25% d'entre eux reconnaissent un danger dans cette pratique. Ainsi, 47% des jeunes conducteurs ont pour habitude de suivre leur itinéraire sur le GPS de leur smartphone...




Portrait-type du jeune conducteur



En moyenne, les jeunes obtiennent leur permis de conduire à 22 ans (56% d'entre eux). Ce sont les filles qui le passent le plus tard : 62% obtiennent leur permis à 22 ans ou plus.

Les déplacements travail-domicile (ou lieu d'études) constituent le motif de déplacement le plus courant :

Ils sont 6 sur 10 à utiliser très souvent leur véhicule pour ce motif (Il est à noter que le trajet est la première cause d'accident du travail.) Viennent ensuite les déplacements du week-end et les sorties le soir.

Les jeunes conducteurs utilisent principalement leur véhicule pour se déplacer de zone rurale à ville ou banlieue (31%). Ensuite, ils circulent surtout en agglomération (26%) et dans les zones rurales (25%).



Les 18-25 ans sont majoritairement propriétaires de leur voiture :

6 jeunes sur 10 sont propriétaires de leur voiture et 3 sur 10 l'empruntent à leurs parents.

Ce sont les jeunes conducteurs qui conduisent les véhicules les plus vieux, et sont donc les moins bien protégés. En effet, seuls 24% des jeunes conduisent des voitures de moins de 5 ans. Le plus grand nombre conduit des véhicules âgés de 10 à 14 ans (33%) et 18% des jeunes sont au volant de véhicules de plus de 15 ans.

A noter que le risque par kilomètre parcouru d'avoir un accident mortel avec un véhicule de moins de 4 ans est 2 fois moins élevé que pour un véhicule de + de 8 ans (référence ONISR 2010).


Les bons conducteurs sont majoritaires


La typologie AXA Prévention est une photographie instantanée des conducteurs français par profil : respectueux, légalistes, inconscients, affranchis ... et fous du volant.

Cette typologie de 5 catégories de conducteurs définit les principaux profils de conducteurs en fonction de leur comportement sur la route et de leur perception du danger.



La typologie des jeunes conducteurs est assez semblable à celle de leurs aînés :


Toutefois, les légalistes, qui se distinguent par un strict respect de l'ensemble des règles de conduite, y sont moins nombreux que chez les autres conducteurs (seulement 15% chez les 18-25 ans).

50% des conducteurs de 18 à 25 ans se classent parmi les respectueux (des conducteurs qui respectent la plupart des règles), c'est plus que chez les autres conducteurs (44%).

Beaucoup plus inquiétant, en revanche, c'est parmi les jeunes que l'on trouve le plus de fous du volant. 9% des jeunes conducteurs se révèlent être de véritables dangers publics et ignorent les règles élémentaires du code de la route.

L'année 2012 marque une hausse dans la catégorie des bons conducteurs cependant, il est nécessaire de continuer à améliorer les comportements et d'œuvrer pour aller plus loin et sauver davantage de vies.

Cette année, 67% des automobilistes, tous âges confondus, se classent dans la catégorie des bons conducteurs.

Du 20 février au 20 avril 2012, est ouvert le concours des « Lauréats de la Prévention ». Il a pour objectif de récompenser et partager les meilleures initiatives en matière de prévention des accidents de la route (auto, moto, vélo, piétons) et des accidents de la vie courante (cuisine, bricolage, sports et loisirs).

Le leitmotiv est toujours de contribuer à faire baisser le nombre d'accidents en France et sauver toujours plus de vies. En effet : invention ou action de sensibilisation, ce qui compte, c'est la prévention.

Les lauréats recevront entre 3 000 et 10 000 euros, qui leur permettront de développer leur dispositif à plus grande échelle, pour sauver encore plus de vies !


Actualité


Envie de bouger ? Découvrer ici les salons, les expos et tous les bons plans à ne pas manquer qui vous emmenerons au bout du monde.


FERMER