Rechercher un emploi en Alternance

L'image de l'apprentissage progresse selon un Sondage Agefa PME / Ifop auprès des dirigeants de PME et des enseignants du secondaire et du supérieur

93% des enseignants sont favorables à ce que l’on parle de l’entreprise aux élèves.

Publié le 27 juin 2013
L'image de l'apprentissage progresse selon un Sondage Agefa PME / Ifop auprès des dirigeants de PME et des enseignants du secondaire et du supérieur

Après les conclusions des Assises de l'entrepreneuriat et suite aux propositions volontaristes de M. François Hollande dans le cadre de la Conférence sociale, AGEFA-PME a interrogé avec IFOP des dirigeants de PME et des enseignants du secondaire et du supérieur sur la perception du rapprochement école-entreprise, de l'apprentissage et de l'enseignement professionnel.

Les résultats de l'étude permettent de croiser et de mieux comprendre les positions et les attentes de ces deux univers. Si les chefs d'entreprise et les enseignants se rejoignent sur le besoin de créer davantage de passerelles les regards restent contrastés sur les moyens et l'apprentissage.

 

Enseignements majeurs

 

  • L'idée de rapprocher l'école de l'entreprise fait désormais consensus. 93 % des enseignants et 96% des dirigeants de PME sont favorable à ce que l'on parle de l'entreprise aux élèves. Ils soutiennent les dernières mesures annoncées comme la création de mini entreprises dans les écoles (cf Assises de l'entrepreneuriat) ou la création d'un « Erasmus de l'apprentissage »

  • L'image de l'apprentissage reste contrastée. 71 % des dirigeants d'entreprises estiment que c'est une solution intéressante pour leur entreprise soit +14 points depuis 8 ans, 64 % que c'est un outil au service de leur compétitivité. Les apprentis sont jugés plus rapidement opérationnels (90 %) que les jeunes ayant suivi une formation générale. En 2013, 54 % des PME ont ou vont recourir à des jeunes en contrat d'apprentissage. Cependant, les enseignants s'estiment mal informés sur les voies de formation de l'enseignement professionnel (52%) et une grande majorité continue de développer des à priori négatifs sur l'enseignement professionnel.

  • Autre point de clivage, seuls 32 % des enseignants considèrent que l'école doit en priorité préparer les élèves à la vie professionnelle alors que 52 % des Français y sont favorables(1) et que 51 % des patrons estiment que l'enseignement professionnel n'est pas adapté aux besoins des PME.


 

Pour Bernard Capron, président d'AGEFA-PME : « L'enseignement professionnel s'installent comme outil de compétitivité des entreprises. Les dirigeants d'entreprises plébiscitent ces jeunes jugés plus opérationnels, plus volontaires. Du CAP jusqu'au master, l'enseignement professionnel est une voie d'excellence. Il n'est pas réservé aux décrocheurs à qui on veut donner un emploi rapidement pour diminuer artificiellement les chiffres du chômage. Il donne des compétences générales et adaptées aux besoins de notre économie, à condition d'associer étroitement les entreprises à la définition des programmes de formation. Les pays qui l'ont compris sont ceux où le chômage des jeunes est le plus faible ».

(1) Enquête réalisée par TNS Sofres pour La PQR du 3 juillet au 27 août 2006 auprès d’un échantillon de 3 971 personnes,
représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus


Globalement, quelle opinion vous faîtes-vous de l'apprentissage ? Diriez-vous qu'il s'agit, pour votre entreprise, d'une solution... ?

Globalement, quelle opinion vous faîtes-vous de l'apprentissage ? Diriez-vous qu'il s'agit, pour votre entreprise, d'une solution... ?


FERMER