Rechercher une Offre d'emploi

KARETHIC : Interview de Carole TAWEMA, auteur d'un aventure d'entrepreneuriale puisant son essence dans le trésor végétal qu'est le Karité

Ajoutez une dimension éthique et respectueuse des traditions et de la nature, et vous allez découvrir un fabuleux projet et des super produits!

Publié le 11 avril 2014
KARETHIC : Interview de Carole TAWEMA, auteur d'un aventure d'entrepreneuriale puisant son essence dans le trésor végétal qu'est le Karité

La Rédaction

Karethic, voilà un bien joli nom pour une marque. Pouvez-vous nous présenter l'ADN de votre projet ?

Carole TAWEMA

Karethic est née pour améliorer la position des femmes dans l'industrie du karité et mettre en lumière leur métier et savoir-faire à travers des produits au véritable beurre de karité d'Afrique dont elles seules détiennent le secret de fabrication.

La Rédaction

Dans la genèse de votre société, il y a un mémoire en école de commerce qui semble avoir joué un rôle de catalyseur. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Carole TAWEMA

En classe de terminale ES, nous devions préparer notre projet personnel et professionnel. J'avais défini la contribution au développement du continent africain dans le secteur de l'informatique ou en tant que consultante dans une organisation internationale. J'ai choisi mon sujet de mémoire intitulé les stratégies de développement du commerce international du karité pour sa dimension internationale et bien sûr parce que le karité faisait partie de mon quotidien mais je souhaitais aller au-delà du "comprendre", et comprendre les mécanismes du commerce international des ressources naturelles.

Ce mémoire a changé ma vision du commerce international car jusque-là, il était « normal » pour l'étudiante que j'étais pétrie dans le moule de préparationnaire HEC de contribuer au développement d'un territoire tel que l'Afrique à travers la vente de ses ressources naturelles.

J'avais encore en tête les théories d'avantages comparatifs et absolu, et était sur le point de comprendre l'impact de leur mise en pratique. Née au Bénin, fille d'un homme issu du milieu rural devenu homme politique très au fait des déséquilibres des échanges internationaux, j'ai naturellement cherché une alternative à ses théories favorables au libre-échange et ai étudié un modèle propre à l'industrie du karité qui ne s'opposent pas nécessairement au libre-échange (car je ne pense pas qu'on puisse s'y opposer) mais représente une alternative pour les pays et les populations les moins armées.

La Rédaction

Le karité: pouvez-vous nous présenter ce trésor végétal ?

Carole TAWEMA

Le karité pousse dans la savane arborée de 17 pays africains. Il mesure entre 12 et 15m et peut porter ses fruits pendant des siècles. Tout a une utilité dans le karité, de la racine aux feuilles. Ressource alimentaire, thérapeutique et patrimoine culturel, cet arbre exploité par l'industrie agroalimentaire à partir de la période coloniale à longtemps contribué au bien-être des populations africaines et constituait une source de revenu importante pour les femmes.

Mais l'évolution des modes de consommation dans les pays développés vers une industrialisation plus soutenue a favorisé l'exploitation accrue des ressources naturelles des pays du Sud et sans doute enrichi certains pays africains mais il faut croire que la redistribution des richesses n'a pas fonctionné.

La Rédaction

Votre gamme est charpentée autour du karité brut non raffiné. Quels sont les bénéfices de ce choix pour votre gamme de cosmétiques ?

Carole TAWEMA

Il s'agit d'un beurre de karité fin par nature de qualité supérieure qui ne nécessite aucun raffinage supplémentaire. C'est l'équivalent de l'huile d'olive vierge pressée à froid. Il apporte donc les propriétés nourrissantes et hydratantes du karité mais aussi les propriétés réparatrices, protectrices, cicatrisante, apaisantes, anti-inflammatoire. En somme tout ce pourquoi il est utilisé en Afrique à des fins culinaires mais aussi médicinales et thérapeutiques. Cela peut paraitre étonant de mettre en avant ce terme pour un produit cosmétique mais lorsque l'on comprend que la peau est un organe vivant et sans doute le plus exposé aux agressions extérieures, on comprend l'importance de lui apporter les meilleures vitamines et principes actifs majoritairement présentes dans les végétaux. Or le karité est la matière grasse végétale la plus riche en principes actifs, dès lors qu'il est de qualité et non raffiné. Le terme karité raffiné est trompeur car il provient de l'obligation pour les industriels d l'agroalimentaire de débarrasser le karité de toutes ses impuretés et caractéristiques organoleptiques désagréables mais aussi de l'hexane, un solvant chimique cancérigène. Mais est-il raisonnable de proposer un tel karité aussi « raffiné » soit-il qui présente de telles caractéristiques aux consommateurs ?

Nous avons fait le choix de travailler sur un karité de qualité ne nécessitant aucun raffinage supplémentaire issu du savoir-faire des femmes africaines et plus rémunérateurs pour elles. Paradoxalement donc, nous introduisons en quelque sorte un nouveau produit sur le marché que le consommateur ne connait pas bien quand bien-même il entend beaucoup parler du karité. Il n'existe aucune règlementation sur l'utilisation du karité qu'il soit raffiné ou non. Donc tout est permis et ce sont d'une part les productrices et d'autre part le consommateur qui sont floués.

La Rédaction

En ce qui concerne l'orientation éthique de votre projet, en quoi consiste-t-elle concrètement ?

Carole TAWEMA

L'intérêt de travailler sur des produits et des ingrédients de qualité est que nous pouvons mieux rémunérer les productrices car nous trouvons des clients prêts à payer plus pour avoir des produits de qualité et surtout ne pas être trompés. Les 500 femmes avec lesquelles nous travaillons gagnent donc en moyenne un revenu 3 fois supérieur à celui d'une productrice de karité conventionnel. Par ailleurs il n'y a pas de hiérarchie entre des collectrices et de productrices, nous avons mis en place avec leur appui, un mode d'organisation qui permet à chaque coopérative de transformer en beurre les amandes qu'elle a collecté et donc de tirer le revenu juste qui correspond à son travail. Mais c'est insuffisant pour nous car ce métier est difficile et elles méritent plus ne serait-ce que parce qu'à travers la production de karité, elles préservent un arbre qui favorise la culture vivrière, prévient l'érosion des sols nourrit et soigne les populations locales. Nous avons donc pensé à élargir leur activité à l'apiculture durable.

La Rédaction

Pour la production du Karité, vous faites travailler exclusivement des femmes : comment recrutez-vous vos productrices ?

Carole TAWEMA

Nous ne recrutons pas les productrices, elles viennent vers nous car elles savent que nous les rémunérons mieux. C'est ensuite à moi de trouver de nouveaux débouchés pour permettre à de nouveaux groupements d'intégrer Karethic. Ma sœur se charge d'assurer leur formation à la collecte et la production selon le processus de transformation semi-mécanisé que nous avons établi et le cahier des charges bio et équitable. L'apiculture nous permettra d'associer les hommes à cette activité pour la construction des ruches, la récolte du miel de karité... Jusqu'à présent les hommes se contentaient de vendre des amandes de karité et se posaient en intermédiaires tout au long de la chaine d'approvisionnement des acheteurs.

La Rédaction

Vous lancez un nouveau projet faisant appel au financement participatif : en quoi consiste-t-il ?

Carole TAWEMA

Le karité est de nouveau un produit dont on parle car l'industrie agroalimentaire s'y intéresse comme substitut de l'huile de palme rejeté par le consommateur. Théoriquement cet intérêt plus important pour les amandes et le beurre de karité devrait générer une meilleure rémunération pour les femmes si et seulement si les importateurs s'engagent dans une démarche équitable avec les productrices et une gestion durable des ressources de l'arbre de karité. Si ce scénario miraculeux du karité ne se réalise pas, ce sera une catastrophe pour les productrices de karité car elles seront soit mise à l'écart par les hommes qui se lanceront dans une commerce plus important des amandes et donc une exploitation plus importante des ressources de l'arbre de karité sans tenir compte de l'intérêt des femmes car après tout ils sont propriétaires des terres et donc des arbres de karité, soit invitée à vendre leurs amandes à plus faible prix car l'objectif pour les industriels est d'atteindre un niveau de prix du beurre de karité raffiné similaire à celui de l'huile de palme.

L'apiculture est la modeste réponse que nous avons trouvé pour que les femmes ne se retrouvent pas de nouveau lésée et aient une alternative à l'exportation d'amandes de karité ce sas renoncer à leur arbre de karité et leur métier de productrice. Nous avons donc décidé de faire appel au grand public pour nous aider à construire une filière apicole durable dans chaque pays producteur de karité pour permettre aux productrices de bénéficier d'un complémentaire et d'une autre compétence autour du karité.

Tous les détails du projet sont sur Ulule http://fr.ulule.com/miel-karite/ Nous avons actuellement atteint 161% et avons encore besoin d'environ 2000 euros supplémentaires pour construire une miellerie et l'équiper.

La Rédaction

Le miel de karité : quels sont ses bienfaits ?

Carole TAWEMA

Il est principalement utilisé à des fins thérapeutiques et médicinales pour ses propriétés cicatrisante, antiseptique, apaisante et antibactérienne. C'est précieux de disposer d'un médicament naturel dans les zones rurales d'Afrique. Il est donc difficile d'en trouver car il est précieux pour ceux qui parviennent à en collecter. Pour preuve, il nous a fallu 4 ans pour identifier la source de production du miel de fleur de karité au Bénin. Seuls quelques sages détiennent son secret de production car par exemple tous les arbres de karité ne sont pas butiné par les abeilles. Mon père qui récoltait du miel tout petit m'a confié quelques secrets.

L'introduction de l'apiculture durable devrait permettre à la fois d'améliorer la production mais aussi de préserver les abeilles des chasseurs de miel qui les brûlent pour récolter le miel plus facilement. Il serait intéressant d'analyser scientifiquement ses principes actifs. Nous sommes peut-être en présence d'un miel de Manuka africain. Les retours que nous avons sur son goût sont dans tous les cas très encourageants. Ceux qui l'ont goûté le trouve très parfumé, crémeux, doux et puissant à la fois avec des notes boisées, épicées, un goût de chocolat, de sirop d'érable, de shiitake, cannelle, amande, figue, bruyère, châtaignier. Il y a sans doute d'autres saveurs à découvrir dans ce précieux miel.

La Rédaction

Comment et où peut-on se procurer vos produits ?

Carole TAWEMA

Dans les magasins bio, instituts et spas bio qui proposent le meilleur à leur clients et sur notre site www.karethic.com

La Rédaction

Un dernier mot à nos lecteurs ?

Carole TAWEMA

L'histoire du miel de karité et des femmes africaines est en train de s'écrire, si vous souhaitez en faire partie rdv sur http://fr.ulule.com/miel-karite/




FERMER