Universités et ressources humaines

Les universités prêtes à prendre leur responsabilité en matière de gestion des ressources humaines.

Publié le 11 juillet 2008


La CPU a pris connaissance des propositions de la commission Schwartz sur l’avenir des personnels de l’enseignement supérieur. La CPU remarque avec satisfaction que sur de nombreux points la commission rejoint des propositions qu’elle a défendues depuis plusieurs années. La conférence estime que ce rapport fournit des éléments très constructifs dans la perspective des décisions qui devront être prises dans les mois prochains en matière de ressources humaines.

Dans ce cadre, la Conférence souhaite, en première lecture, insister sur quelques objectifs présents dans le rapport qui lui semblent prioritaires :
  • La revalorisation des débuts de carrière dans les métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche est nécessaire afin de les rendre plus attractifs et de garantir un haut niveau de qualité des recrutements à venir, indispensable au rayonnement de nos universités.
  • L’amélioration des carrières, la diversification des profils et la revalorisation des rémunérations globales doit assurer à l’ensemble des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche un niveau de rémunération qui corresponde enfin aux compétences et aux qualifications nécessaires à la réalisation des missions des universités, missions renforcées par la loi LRU.
  • La modulation contractuelle des services est indispensable à la véritable reconnaissance de l’implication des personnels des universités dans les différentes facettes de leur métier. Elle permettra d’améliorer la qualité et l’efficacité de toutes les activités du système universitaire français. Elle devra être réalisée à l’échelle de chaque établissement et mobiliser l’ensemble des partenaires et des instances. Dans le cadre de l’ensemble de la politique de RH menée par une université, elle s’appuiera sur les possibilités offertes par les instances nationales d’évaluation et s’exprimera au sein du contrat d’établissement. La constitution d’un référentiel national, évoqué par le rapport, paraît une bonne initiative.

  • Ces objectifs et ces ambitions supposent un effort budgétaire exceptionnel et durable en faveur des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche. La CPU, confiante dans les engagements pris par le gouvernement, ne doute pas que ces efforts se manifesteront dès la loi de finance 2009, à côté de ceux consacrés aux autres chantiers majeurs déjà engagés.

    Les universités et la gestion de leurs personnels : un défi majeur – un projet ambitieux Le rapport Schwartz et les enjeux de GRH dans nos établissements, liés à l’application de la loi LRU, imposeront une réflexion sur les nouvelles relations entre des universités employeurs responsables et l’Etat. La CPU réaffirme son refus catégorique de voir diminuer le nombre d’emplois publics affectés aux universités et plus largement à l’ensemble des établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche. Cela doit aller de pair avec les évolutions impératives, comme par exemple le passage d’une fonction publique de carrière à une fonction publique de cadre d’emploi, qui doivent permettre d’assurer le dynamisme et l’attractivité internationale des universités. Ceci impliquera un renouveau du dialogue social dans les établissements.

    Au niveau de chaque université, il faut considérer l’ensemble des leviers de GRH de manière globale et stratégique : plan de formation, programme de promotion individuelle, régime indemnitaire, organisation du travail et des services, dispositifs d’évaluation, plan d’action sociale, programme de recrutement et gestion des masses salariales. Cette réflexion est indispensable afin de faire des universités de véritables opérateurs décentralisés de ressources humaines publiques. Pour faire face à ces défis, la Conférence des Présidents d’Université proposera un plan d’accompagnement des établissements en matière de gestion qualitative des ressources humaines. Ce plan comportera :
  • Des formations des personnels d’encadrement et des élus, en renforçant les dispositifs déjà mis en place par l’Amue et l’Esen.
  • Une mutualisation d’expériences et une diffusion des bonnes pratiques.
  • La constitution de groupes thématiques de réflexion et de propositions (régimes indemnitaires, règles de modulation des services, organisation et fonctionnement des CTP).
  • La création d’une bourse d’emploi public universitaire.

  • Ecoles / Universités


    Actualité en direct des campus sur l'univers de la formation et des métiers afin de suivre les nouvelles orientations du sytème d'éducation en france et à l'étranger. Grâce à notre moteur, consultez les derniers articles et fouillez dans les archives de l'actualité de la formation sur capcampus !


    FERMER