Les étudiants de Centrale Nantes participent au 1er MOOC francophone

Des cours en ligne nouvelle génération

Publié le 18 octobre 2012
Les étudiants de Centrale Nantes participent au 1er MOOC francophone

L’Ecole Centrale de Nantes fait bouger la pédagogie en cursus ingénieur. L’Ecole a décidé de développer les cours en ligne nouvelle génération, en association avec une autre grande école d’ingénieurs : Télécom Bretagne. C’est une première en France, dans cet apprentissage multi-apprenants d’un nouveau type que l’on appelle MOOC, acronyme de Massive Online Open Course. Le MOOC permet à tout internaute où qu’il soit, de suivre en ligne un enseignement. S’il est largement répandu Outre-Atlantique, il commence à voir le jour en France.

 

ITyPA, tout y est pour apprendre !

Le 18 octobre 2012 de 18h à 20h, comme chaque semaine à la même heure depuis le 4 octobre, dans le cadre de leur cursus de formation, une trentaine d’élèves ingénieurs de Centrale Nantes rejoindront le millier d’internautes de France, Belgique, Suisse, des Pays-Bas, d’Afrique, de la Martinique, de Madagascar, du Canada et des Etats-Unis inscrits à ce cours et participeront sur internet à la 3ème session de ce premier MOOC francophone baptisé ITyPA, acronyme de "Internet Tout Y est Pour Apprendre" : http://itypa.mooc.fr/.

 

ITyPA est axé autour de la question : "comment apprendre en ligne ?" Il a vocation à balayer un large panel de techniques, outils et méthodes pour repérer les sources d'information les plus intéressantes sur la toile, et contribuer à son tour à l'augmentation du savoir partagé dans un ou plusieurs domaines.

Ce nouveau type d’enseignement est fondé sur un travail personnel de l’étudiant sur la base de contenus disponibles en ligne. Il existe d’autre part des points de rendez-vous programmés avec les enseignants et les autres étudiants qui suivent ce cours, lors de séances dites synchrones. Ainsi jusqu’au 13 décembre 2012, à raison d’une séance synchrone par semaine, les participants pourront via internet échanger de façon active avec les animateurs et les autres inscrits. Ils seront invités à lire, commenter et publier eux-mêmes des ressources. A l'issue de ce cours, chacun aura été en mesure de construire son "environnement personnel d'apprentissage".

Les étudiants peuvent également revoir le contenu de chaque séance sur la chaîne Youtube d’ITyPA.

 

L'objectif assigné à la session du 18 octobre est d'apporter une méthodologie et des outils aux étudiants pour qu'ils sachent faire un blog, l'alimenter, établir des liens entre plusieurs blogs, affirmer leur identité sur internet, etc. Semaine après semaine, le 1er MOOC francophone abordera des thèmes très variés tels que : comment gérer l'abondance des ressources disponibles sur Internet et s'assurer de la validité des sources ? Comment gérer l'ensemble de ses ressources bibliographiques et annoter, commenter ou synthétiser ses recherches ? Pourquoi intégrer ou créer une communauté en ligne pour apprendre ensemble? Comment utiliser les réseaux sociaux pour apprendre ?

 

En parallèle, chaque séance hebdomadaire accueille un ou des invité(s) passionné(s) par les nouvelles technologies éducatives. Jacques Cool, technopédagogue au collège communautaire du Nouveau Brunswick de Fredericton au Canada sera l’invité de la session du 18 octobre.

Dave Cormier, en charge de la communication online et de l’innovation de l’Université Prince Edward Island a inauguré la 1ère session. C'est lui qui aux côtés des deux autres chercheurs Canadiens spécialisés sur l’apprentissage en ligne : George Siemens et Stephen Downes, a développé l'approche connectiviste du MOOC.

La deuxième série d'invités, le 11 octobre, a associé des apprenants du MOOC.

 

Des enseignants passionnés

La création du 1er MOOC francophone est piloté par 4 passionnés des nouvelles technologies appliquées à l’enseignement supérieur : Morgan Magnin, enseignant-chercheur à Centrale Nantes qui anime aussi un blog sur les tice, Jean-Marie Gilliot, enseignant-chercheur à Telecom Bretagne responsable du blog « Techniques innovantes pour l’enseignement supérieur », Anne-Céline Grolleau, ingénieur Pédagogique à Centrale Nantes, en charge du dispositif de formation inter-établissements « PedaTice » et Christine Vaufrey, formatrice, rédactrice en chef de la revue Québecoise « Thot Cursus » et animatrice du blog « le temps des tice » sur Educpros.

 

Morgan Magnin insiste sur deux points essentiels : "notre volonté, en tant qu'enseignant-chercheur, est d'une part de montrer que des cours en ligne peuvent être montés facilement et que par ailleurs, les francophones peuvent occuper une place certaine dans la dynamique mondiale qui était jusqu’alors anglophone."

 

Les élèves apprécient cette nouvelle méthode d’apprentissage.

« Cette méthode de e-learning est prometteuse et laisse entrevoir de nombreuses possibilités. Le simple fait de regrouper 1000 personnes de tous horizons pour un même cours est quelque chose d'hallucinant. Malgré tout, nous ne sommes pas seuls derrière nos écrans. Nous sommes légion et nous communiquons par le biais même de ce qui fait l'essence du cours : Internet. Au delà du cours, c'est l'occasion pour un millier de personnes de partager, de discuter et d'établir des liens autour d'une volonté commune de découverte. Les auditeurs ont des niveaux de compétence différents en matière de réseaux sociaux et d'utilisation d'Internet, mais j'ai trouvé fascinant que nous nous retrouvions tous pour créer quelque chose de nouveau » indique Soufiane Lamrissi, élève-ingénieur en 2ème année à Centrale Nantes.

 

Une dynamique mondiale

Depuis deux ans, une dynamique mondiale très forte s'est mise en place dans le domaine des cours innovants.  Les grands établissements américains (Harvard, MIT, Stanford, etc.) et maintenant européens (EPFL) proposent en ligne des MOOC, cours complets, ouverts à tous et accessibles gratuitement. Parmi les plates-formes les plus connues développées ou adoptées par ces établissements, citons Coursera, Udacity, edX, etc. 

Ces espaces proposent :

- Des supports pédagogiques complets, avec des séquences vidéo courtes, des travaux à rendre chaque semaine, un accès à des forums de discussion, des quizz, des retours immédiats et adaptés, des examens de mi-semestre et finaux, la possibilité d'apprendre à son rythme et d'interagir avec les autres étudiants.

- Jusqu'à deux tiers des étudiants de ces plates-formes proviennent de la communauté internationale.

- La majorité des étudiants sont des professionnels qui souhaitent élargir leurs compétences.

- Seules les certifications associées aux cours sont payantes, et ne s'obtiennent que contre paiement d'une somme (a priori modeste).

Quelques liens vers les plates-formes américaines : 

- edX : https://www.edx.org/

- Coursera : https://www.coursera.org/

- Udacity : http://www.udacity.com/

 

MOOC, un concept apparu en 2008

Le mot MOOC est l’acronyme de Massive Online Open Course.

Un MOOC est un cours en ligne ouverts multi-apprenants accessible à tous gratuitement. Il concerne tous ceux qui sont amenés à utiliser Internet au quotidien, dans leur activité professionnelle ou extra-professionnelle. Les élèves-ingénieurs sont une des cibles prioritaires de cet enseignement innovant. C'est la raison pour laquelle l'École Centrale de Nantes et Telecom Bretagne l'ont inscrit à leur programme pédagogique, proposant ainsi à leurs étudiants de prendre part à ce cours dans le cadre de leur cursus.

Né en 2008, le concept de MOOC a réellement été mis en oeuvre en 2011 aux USA avec une approche pédagogique essentiellement portée sur le contenu de l'enseignement diffusé et au Canada dans le cadre d'une approche connectiviste avec le développement d'échanges, de forums, de séances synchrones pour encourager l'interactivité.

 

En France, il commence à voir le jour en formation initiale.


FERMER