« Ma ville de demain » ou Comment les étudiants (la génération Y) imaginent travailler et vivre dans la ville de demain

Dans un contexte d’urbanisation galopante, la Chaire Immobilier et Développement durable de l’ESSEC, sous la direction du professeur Ingrid Nappi-Choulet, s’interroge sur la perception par les étudiants français de la ville de demain : ville durable ? ville intelligente ? ville concentrée ? ville verte ?

Publié le 11 septembre 2014
« Ma ville de demain » ou Comment les étudiants (la génération Y) imaginent travailler et vivre dans la ville de demain

La parole est donnée à la jeune génération, celle qui est probablement la plus exposée aux conséquences du dérèglement climatique sur leur mode de vie dans les années à venir. Il est demandé aux étudiants de dessiner le portrait de la « ville idéale », afin de mesurer le niveau de priorité qu'ils accordent à l'enjeu environnemental au sein de la ville, ou encore d'approfondir ce qu'ils pourraient attendre d'une « ville intelligente ».

L'enquête « Ma Ville de Demain » - réalisée entre juin et juillet 2014 par Harris Interactive, auprès d'un échantillon représentatif d'étudiants français, donne des informations nouvelles et complémentaires de celles que l'on peut obtenir dans les enquêtes classiques. C'est l'originalité de notre étude : 1000 étudiants (54 % sont des femmes), dont la moyenne d'âge est de 21 ans, ont accepté d'exprimer leurs attentes concernant leurs espaces de travail et de vie dans la ville de demain.


Quels sont les principaux enseignements de l'étude « Ma ville de demain » réalisée pour la Chaire Immobilier et Développement durable, sous la direction du professeur
Ingrid Nappi-Choulet ?

- La pollution de l'air préoccupe fortement les étudiants : 81 % notamment des étudiants franciliens.

  • La mauvaise qualité de l'air pourrait les amener à refuser une offre d'emploi dans une ville (pour 54 %). Il en est de même si la nature n'était pas présente dans la ville (42 %).
  • 87 % des étudiants accordent de l'importance au calme, à l'espace et à la qualité de l'air au moment de choisir leur lieu de vie.

- Une « ville intelligente » (smart city) est d'abord une ville durable !

  • Pour 62 % des étudiants, une ville intelligente est avant tout une ville durable en harmonie avec son environnement naturel. Pour 19 % d'entre eux, c'est une ville technologique ultra-connectée. Pour 19 % d'entre eux également, c'est une ville dense qui favorise les déplacements doux.

- La ville de demain doit être une « ville verte » !

  • Les étudiants sont très attachés à l'aménagement d'espaces verts en ville (90 %), voire intégrés aux immeubles (« toits verts ») pour 63 %. Ainsi 42 % des étudiants pourraient refuser une offre d'emploi dans une ville où la nature ne serait pas assez présente !

- Les villes rêvées par les étudiants : Paris en première position

  • En France, les étudiants rêvent d'habiter Paris à 15 %, Lyon à 7 %, Bordeaux à 7 %, Toulouse à 6 %.
  • A l'étranger, ils sont tentés par New-York à 11 %, Londres à 9 %, Sydney à 3 %, Barcelone à 3 %.

- Vivre et travailler dans la ville de demain depuis son domicile

  • 23 % des étudiants imaginent faire leurs courses depuis leur domicile... mais seulement 19 % des femmes contre 28 % des hommes !
  • 20 % des étudiants imaginent télétravailler... mais seulement 15 % des femmes contre 26 % des hommes !
  • 12 % des étudiants imaginent faire leurs études depuis leur domicile... mais seulement 8 % des femmes contre 16 % des hommes !

Pour le professeur Ingrid Nappi-Choulet: « Cette enquête révèle un paradoxe intéressant, à même d'interpeler les acteurs publics mais aussi, indirectement, les entreprises : si les grandes métropoles mondiales conservent leur attractivité auprès des étudiants, ces derniers sont massivement préoccupés par les enjeux environnementaux et sont en quête de lieux de vie où calme, espace et verdure sont préservés... Ce qui, à l'heure actuelle, n'est pas toujours le cas dans les villes de dimension mondiale. ».

À propos de l'ESSEC
L'ESSEC, fondée en 1907, est un acteur majeur de l'enseignement de la gestion sur la scène mondiale. Avec 4 400 étudiants, une large gamme de programmes en management, des partenariats avec les plus grandes universités dans le monde, un réseau de 44 000 diplômés, un corps professoral composé de 147 professeurs permanents, reconnus pour la qualité et l'influence de leurs recherches, l'ESSEC perpétue une tradition d'excellence académique et cultive un esprit d'ouverture au service des activités économiques, sociales et de l'innovation.
En 2005, l'ESSEC a ouvert un campus en Asie, l'ESSEC Asia-Pacific, stratégiquement situé à Singapour. Ce campus représente pour l'ESSEC l'opportunité de participer à la croissance de l'Asie et d'apporter son expertise dans cette région en pleine expansion. Pour toute information complémentaire : www.essec.fr ou essec.edu/asia

À propos de la Chaire Immobilier et Développement Durable de l'ESSEC
Créée en 2002, la Chaire Immobilier et Développement Durable de l'ESSEC a pour objectif de favoriser à la fois l'enseignement et la recherche en économie, finance et management de l'immobilier en intégrant les enjeux d'une démarche développement durable dans l'entreprise.
La chaire est soutenue activement par Poste Immo, Foncière des Régions et BNP Paribas Real Estate.
L'ESSEC est aujourd'hui la 1ère grande école de gestion en France et parmi les premières en Europe à développer un pôle de compétence en immobilier d'une telle ampleur. Une vingtaine d'étudiants du programme Grande Ecole de l'ESSEC participent chaque année pleinement à la vie de la chaire.


FERMER