Rechercher une Offre d'emploi

Baromètre national des métiers de la communication, un outil utile pour s'orienter vers ce secteur et orienter sa formation

Après une première enquête en région en 2013, SUP'DE COM dévoile cette année les résultats de son baromètre national des métiers de la communication.

Publié le 09 juillet 2014
Baromètre national des métiers de la communication, un outil utile pour s'orienter vers ce secteur et orienter sa formation

La principale ambition du réseau SUP' DE COM est de préparer les étudiants à leur entrée sur le marché du travail, en prenant en compte le contexte en perpétuel mouvement.

Pour y parvenir, l'école développe sans cesse des outils innovants, comme des veilles métiers ou encore la création de son Comité de perfectionnement composé de personnalités du monde de la communication.

Après une première enquête en région en 2013, SUP'DE COM dévoile cette année les résultats de son baromètre national des métiers de la communication.
Pensé pour mieux répondre aux attentes des employeurs, ce baromètre a été construit en interrogeant 175 annonceurs et agences, entre février et avril 2014.

Faire ressortir les compétences et aptitudes requises sur le marché...

Mis en place sur une période de 3 mois (février à avril 2014), le baromètre veut livrer les tendances actuelles du recrutement sur le marché de la communication, que ce soit au niveau des annonceurs ou des agences.

Le panel étudié concerne un échantillon de 175 entreprises, avec 68,5% de réponses annonceurs et 31,5% d'agences et studios spécialisés. Le nombre d'entreprises ayant répondu à cette enquête est en hausse de 46% par rapport aux résultats de 2013.

Le dépouillement a été effectué en deux temps, en tirant les grandes tendances et les enseignements généraux, d'une part, en analysant par profil d'entreprise d'autre part, avec des tris croisés annonceurs/agences.

L'exercice permet de tirer des conclusions intéressantes, de mieux cerner l'évolution des pratiques des professionnels et de constater en quoi le diplôme participe pleinement à l'insertion professionnelle.

L'objectif est de faire de ce baromètre un outil annuel au service des étudiants du réseau, mais aussi, plus généralement, de tous les jeunes souhaitant s'orienter dans le secteur de la communication.

Pour l'école, le baromètre est aussi un moyen d'adapter ses programmes, pour qu'ils restent étroitement liés aux attentes du monde professionnel.

LE CADRE DE L'ENQUETE

Panel = 175 entreprises

Répartition = 68,5% annonceurs et 31,5% agences et studios (22% agences de communication, 3% agences de relations presse, 2,4% studios spécialisés et 4,1% régies).

Période = Administrée du 30 janvier au 30 avril 2014

Taille = 36% des sondés interrogés comptent plus de 100 salariés et 35% moins de 10.

Les résultats sur de nombreux points de l'enquête sont sensiblement différents entre les annonceurs et les professionnels de la communication.

Cette nouvelle édition a permis de mettre en évidence de nouvelles données : existence et taille du service de communication ; le rattachement interne des services de communication, le motif du recrutement).

UN SECTEUR QUI RECRUTE TOUJOURS !

L'étude fait ressortir le maintien d'une certaine activité de recrutement malgré la crise.

  • 38% des sondés ont recruté au cours des 6 derniers mois
  • 54% des sondés ont recruté au cours des 12 derniers mois, soit plus d'une entreprise sur deux.

On note donc un léger recul par rapport aux recrutements effectués en 2013 mais pas d'effondrement à relever dans le secteur de la communication. Par ailleurs l'embauche en CDI reste exactement sur le même taux qu'en 2013, à savoir que 35% des personnes recrutées l'ont été en statut cadre et 58% en CDI.

Au niveau des postes recherchés, les principales demandes concernent les postes de (par ordre) :

  • Chargé de communication
  • Responsable de communication
  • Assistant de communication

Un recul du poste d'assistant communication est à noter cette année chez les annonceurs, comme en agence.

Zoom sur les canaux de recrutement

Sans surprise, l'étude fait ressortir une nette priorité donnée au réseau dans les canaux de recrutement. 29%, soit presque un recrutement sur trois est effectué par le biais du réseau, suivi ensuite de la mobilité interne avec 17% des recrutements.

La part non négligeable et en augmentation des recrutements via les écoles (12%) et suite à un stage (10%) ou une alternance (8%) est cette année à noter. Ce sont au final près de 30% des recrutements qui sont liés à un cursus de formation d'une école.

LES ATTENTES DES EMPLOYEURS

Le niveau de recrutement

37% des recrutements demandent une expérience de plus de 3 ans et 12% une expérience de 2 à 3 ans. Un recrutement sur deux exige donc une expérience d'au moins deux années.

Le niveau Master est majoritaire dans les recrutements des professionnels de la communication avec plus de 63% des recrutements. Peu d'évolution avec les résultats de l'année passée, si ce n'est un léger recul des recrutements niveau licence.

A 61,3% les annonceurs recrutent à un niveau Master, contre 48,7% chez les professionnels de la communication qui recrutent à 31% des niveaux II (Bac+3) (contre 18,7% chez l'annonceur).

Les savoirs attendus

Les principaux savoir-faire attendus aujourd'hui sont liés à la maîtrise des nouvelles technologies (dont le web) ; à la maîtrise des outils PAO et à la créativité ; et à la capacité de suivre un projet, comprenant la capacité d'analyse.

Le trio gagnant place en première position les outils infographiques et graphiques (17,4%), suivis de la maîtrise des outils du web et des réseaux sociaux (14,3%) et du rédactionnel (13,4%).

Les critères de recrutement

A 60%, les entreprises sondées disent rechercher un profil de communicant « multi-compétences » par préférence à des profils plus « spécialistes ».

Ce résultat conforte le positionnement de SUP' DE COM, qui s'emploie à former les étudiants dans tous les domaines et spécialisations des métiers de la communication.

66% des recruteurs déclarent attacher de l'importance aux diplômes, c'est une évolution sensible, cette exigence passant de 54% en 2013 à 66% en 2014.

L'anglais est exigé par 38% des professionnels de la communication recruteurs. L'anglais est également cité comme « un plus » pour 48% des sondés. On note une progression de l'exigence de l'anglais en 2014.

CE QUE PROPOSENT LES EMPLOYEURS

Malgré un contexte économique difficile, le marché de l'emploi dans le domaine de la communication reste stable et le CDI est largement majoritaire avec 58% des embauches, montant à 75% dans les agences.

En ce qui concerne les salaires, 57% des recrutements l'ont été à un niveau ne dépassant pas 25 000 K€, 23% entre 25 et 30 K€ et 20% à un niveau supérieur à 30K€.

EXPLOITATION DE L'ENQUETE

S'inscrivant dans une démarche qualité pour SUP' DE COM, le baromètre permet à l'Ecole d'affiner ses programmes, pour coller au mieux aux attentes des entreprises.

L'étude conforte le positionnement actuel de SUP' DE COM : former des professionnels de la communication « multi-compétents » - mais elle va également conduire à certaines évolutions :

  • Une confirmation du positionnement de SUP' DE COM : une école de communication globale, formant des professionnels multi-compétents, plébiscités par 68% des sondés chez les annonceurs et 60% des sondés chez les agences.

  • L'importance accordée aux nouvelles technologies depuis 2 ans, notamment au sein du Bachelor Responsable de Communication qui accorde une grande place à la maîtrise des outils.

  • L'importance de la maîtrise du français et des qualités rédactionnelles : une place accrue consacrée à la conception/rédaction en cycle Master (possibilité d'une option dès la rentrée de septembre 2014) et l'adoption du Projet Voltaire sur tous les cursus, avec certification.

  • L'accent mis sur l'anglais : mise en place d'un module anglais renforcé, passage du TOEIC en 3ème et 4ème années, cours en anglais pouvant atteindre 30% des volumes horaires ;

  • L'importance croissante accordée aux stages et à l'alternance : le nouveau cycle Bachelor inclut jusqu'à 11 mois de stage en 3 ans. La totalité du parcours, grâce à l'alternance, peut aller jusqu'à 22 mois de présence en entreprise. L'alternance est désormais possible dès la 2ème année.


Infographie des métiers de la communication

Infographie des métiers de la communication


FERMER