On a testé pour vous: le patch anti-tabac!


Le patch anti-tabac est une aide pour quiconque ne peut pas s'arrêter seul de fumer. Est-il vraiment efficace? Pour vous, voici le récit d'un coup d'essai...
On a testé pour vous : le patch anti-tabac

Qui n'a pas déjà aperçu à travers un t-shirt ou une chemise un de ces ronds en se demandant si le patch, ça marche ou pas ? Difficile question car n'importe quel fumeur vous le dira, ça n'est pas si simple...mais pour vous lecteurs de capcampus, j'ai relevé le défi et ainsi entrepris de répondre à cette question. Je commence à m'imaginer moi fumeuse depuis l'adolescence enfin libérée, car c'est bien ça, non quand on est dépendant ? Une véritable libération...Dans ma tête, ça se bouscule, est-ce que je vais ressentir un manque ? la fumée autour de moi va-t-elle me gêner... aïe aïe aïe...si seulement je n'avais jamais commencé...Bon le moment n'est pas au regret mais bien à l'action... Oui l'action car depuis peu, fumer est devenu un signe extérieur de richesse. A 5€ le paquet, faîtes le calcul. Enfin moi je l'ai fait, et c'est sur que ça ne peut plus continuer. Sans compter l'isolement à l'heure de fumer sa cigarette dehors parce tous vos amis, eux, ne fument pas et que la fumée les dérange. Au début , j'avais trouvé ça d'ailleurs un peu exagéré...Franchement, un passage de fumée, ça n'est pas non plus comme fumer la cigarette...

Loin des considérations de santé, pourtant primordiales, je dois donc dire que le facteur déclencheur pour beaucoup, et je vérifie cette théorie, c'est bien le prix. Alors je me lance, demain j'arrête de fumer...

La pharmacie est au coin de la rue, et je n'avais jamais remarqué à quel point on y arrivait vite depuis mon appartement...j'aurais voulu que cette marche me laisse le temps d'y réfléchir encore mais sitôt sortie, à peine le temps de me demander si c'est vraiment ce que je veux, que déjà je me retrouve à l'intérieur, me dirigeant vers la pharmacienne, sourire crispé...J'ai l'impression que les gens autour de moi me dévisage, me juge, je les entends déjà « si jeune, et déjà accro... »
Je ressors avec mon paquet...euh, mes patchs je veux dire...Voilà, la pharmacienne m'explique que c'est un traitement sur 3 mois (à raison de 60€ le traitement de 28 jours) avec diminution progressive du taux de nicotine libérée...autrement dit sevrage progressif...je ne devrais donc pas ressentir le besoin de fumer...

j-1 : Je décide de commencer le soir même. En fait, le patch libère pendant 24h sa substance. J'applique donc consciencieusement le patch et vais me coucher. ..stratégiquement. J'espère que le matin, je ne ressentirais plus cette envie dévorante de saisir mon paquet et d'en griller une...


j-2 : 8h : Gagné ! Au matin je ne ressens ni l'envie, ni un manque...rien. Tout cela me met de bonne humeur, le patch serait-il la solution miracle ?
12h30 : La tête qui tourne un peu, légèrement irritée, je redouble d'activités. « Le dossier Lambert ? Non, non, c'est moi qui m'en occupe... » Vous pensez bien, avec autant de temps à ne pas fumer, il faut bien combler...
16h00 : Ca tourne dans tous les sens là haut, j'ai du mal à me concentrer...Mes pensées ne sont que cigarettes, fumée, cendrier...Je tourne autour de la machine à café espérant récupérer quelques effluves de cigarettes perdues...
18h30 : Le mal de tête n'est pas passé. Serait-ce à cause de la nicotine libérée en permanence ?
Sortie de bureau, je cours à la pharmacie et lui explique mon problème, il faut qu'elle m'aide ! Là, elle m'explique gentiment qu'elle ne peut rien faire, le corps doit s'habituer...

Je rentre chez moi au son de « votre corps doit s'habituer, mademoiselle » mais moi, tout ce que je veux c'est enlever ce patch et enfin...fumer

20h : Je regarde ma montre , voilà ça fait presque 24h que je porte ce premier patch mais cette journée m'a laissée un goût amer. Les effets secondaires semblent bien entamer ma motivation. Comment s'habituer à avoir la tête « satellite » ?
Je retire donc mon patch et ... fume Les deux jours suivants vont ressembler étrangement au premier, un mal pour guérir un autre mal...Tout cela me laisse perplexe. J'abandonne donc...mais le problème est réel et je compte bien trouver d'autres moyens d'arrêter. Il en existe d'ailleurs tout un tas depuis l'homéopathie en passant pas l'acupuncture ou les chewing-gums à la nicotine... Ca n'est donc pas un échec, juste une tentative. Mon conseil donc à tous les fumeurs souhaitant arrêter, essayer un maximum de solutions. L'une pourrait bien être la bonne...
 Publié le 28 juin 2006

A LIRE ÉGALEMENT


RÉAGISSEZ, COMMENTEZ, PARTAGEZ !





Parapharmacie

Parapharmacie

Tout savoir sur ces solutions douces qui nous aident à nous renforcer.

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Rechercher sur capcampus

FERMER