Interview d'Ece EGE

Créatrice de mode

Publié le 27 juin 2006

Ece EGE, créatrice de la ligne Dice Kayek.

Capcampus
Pourriez vous nous raconter votre formation / votre parcours professionnel ?
Comment est née votre marque Dice Kayek ?


Ece Ege:
j'ai étudié à Paris dans une école de mode. Après avoir gradué de l'école, j'ai créée la marque Dice Kayek avec ma soeur, dont la collection étant constituée de 10 chemises en popeline blanche seulement. 4-5 collections après, suite à la demande des clients, nous avons commencé à créer des vêtements complémentaires aux chemisiers, comme des pantalons, jupes, vestes, manteaux... Ainsi est née la marque Dice Kayek.

Capcampus
Vos origines turques vous influencent-elles dans vos créations ?

Ece Ege:
Sûrement ! Je suis une personne multiculturelle, d'où l'infrastructure géopolitique de l'empire Ottoman. Je suis élevée dans un pays qui est le seuil entre l'Occident et l'Orient, dont la vie quotidienne est un mélange perpétuel des cultures et des traditions occidentales et orientales. C'est très enrichissant, agréable. On ne s'ennuie jamais. Je trouve des sources d'inspiration en permanence, partout où je vais en Turquie.

Capcampus
Vous travaillez avec votre sœur Ayse, la mode est une affaire familiale pour vous ?

Ece Ege:
Elle l'est. S'il n'y avait pas ma soeur avec moi dans cette affaire archi-difficile, je ne la ferais pas jusqu'à aujourd'hui. On se soutient mutuellement, surtout moralement, ce qui est indispensable dans notre vie professionnelle.

Capcampus
Votre succès est-il le même en Europe, en Turquie et ailleurs dans le monde ?

Ece Ege:
Je pense que mon succès fait plus d'échos dans mon pays qu'ailleurs. Parce que malheureusement pour réussir, pour se faire entendre dans la mode, il faut résider dans ces quatre fameux centres de la mode ; New York, Londres, Milan ou Paris. Si la réussite vous arrive, dans une de ces quatre villes où il y a des maisons grandioses, institutionnelles, avec lesquelles toute autre marque de mode, petite, moyenne, fait la concurrence, vous êtes critiqué avec les mêmes yeux des autorités, qui vous voient au même niveau que les autres maisons de luxe, celui des « trends setters ». Mais c'est une routine à Paris. Vous êtes obligé de réussir ! Sinon, vous êtes barré de la liste assez vite. C'est un peu cruel le monde de la mode. Donc réussir à Paris a un très grand impact dans mon pays qui a un énorme besoin de créer, développer, et exporter ses marques créatives, spécialement dans le domaine du textile dans lequel la Turquie a tellement investi en argent et en subventions.

Capcampus
Avez-vous le sentiment d'incarner « l'intégration turque réussie » en Europe ?

Ece Ege:
Je n'ai pas le sentiment, mais la conviction, d'incarner une bonne image de la créativité Turque en Europe. C'est une vérité absolument qu'il y a un potentiel énorme, grâce aussi aux subventions, pour des jeunes créatifs, pour qu'ils créent leur propre marque non pas seulement dans la mode mais dans d'autres domaines de la création. Je crois que si les exemples de la réussite se multiplient et la Turquie a quelques grandes marques mondiales, pas beaucoup, 2 ou 3 suffisent, toute une nouvelle génération des jeunes derrière nous va suivre ces exemples à grands pas. Elle sera très très chanceuse, par rapport à notre génération qui est la battante, la lutteuse sans relâche sur ce chemin épineux vers le constitutionalisme, pour arriver au point que nous sommes aujourd'hui, en beaucoup moins de temps, en suivant notre exemple et en étant plus consciente que nous dès le début de leur vie professionnelle.

Capcampus
Que vous a apporté l'ouverture de votre boutique sur Paris ?

Ece Ege:
L'ouverture de notre première boutique est un deuxième pas vers l'avant dans notre métier. Il le fallait depuis un moment d'avoir un magasin monomarque qui se situe dans une belle rue Parisienne de prestige. Avoir sa propre boutique sur la rue est avant tout une énorme publicité pour la marque de 12 mois sur 12, ainsi c'est un bon moyen de présenter son identité, son univers, au public.

Capcampus
Avez-vous d'autres projets, tels que l'ouverture d'autres boutiques ?

Ece Ege:
Si Dieu le veut, évidemment notre souhait est d'ouvrir une deuxième, troisième boutique, à New York, à Tokyo, à Istanbul...

Capcampus
Un petit mot pour nos lecteurs, la génération des 18-25 ans, qui seraient intéressés par les métiers de la mode et de la haute couture ?

Ece Ege:
Vous souhaitez faire de la mode comme métier, préparez-vous ! Ca ne sera pas facile et pas toujours glorieux. Créer sa propre marque de mode et en faire une marque mondialement connue est quasi impossible aujourd'hui. Les « très talentueux » (le talent est un Don de Dieu ; on naît avec, créer ne s'apprend pas.) peuvent faire partie d'un grand groupe industriel et financier qui les soutiendront dans leur démarche. C'est une très faible possibilité au vu des circonstances de l'économie mondiale d'aujourd'hui. Où ils peuvent s'intégrer dans le studio d'une maison et programmer leur ascension hiérarchique dans le métier jusqu'à devenir la personne créative indispensable, le D.A., etc... Dans notre métier le bracelet en or est le très bon modélisme, au point que si vous maîtrisez vraiment la bonne et parfaite coupe, ce poste est un des postes les mieux payés. Le modélisme, pour moi en tous les cas, est la partie la plus créative de la collection. Le modéliste est la personne qui « donne vie » au dessins, sans lui les plus jolis croquis ne resteraient que des traits de stabilo sur une feuille blanche ! ...

Tous nos remerciements à Mme Ece EGE.

Caroline Robert.
Prêt à porter féminin


Prêt à porter féminin : boutique, fabricant, marque, catalogue, collection , déstockage. Tout savoir sur la mode et les collections de prêt à porter féminin.


FERMER