Le vent se lève - le dernier film de Hayao Miyazaki en salles le 22 janvier.

L’alliance de la guerre et de la poésie pour le dernier film de Miyazaki

Publié le 22 janvier 2014

Synopsis :

Inspiré par le fameux concepteur d'avions Giovanni Caproni, Jiro rêve de voler et de dessiner de magnifiques avions. Mais sa mauvaise vue l'empêche de devenir pilote, et il se fait engager dans le département aéronautique d'une importante entreprise d'ingénierie en 1927. Son génie l'impose rapidement comme l'un des plus grands ingénieurs du monde.
Le Vent se lève raconte une grande partie de sa vie et dépeint les événements historiques clés qui ont profondément influencé le cours de son existence, dont le séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l'épidémie de tuberculose et l'entrée en guerre du Japon. Jiro connaîtra l'amour avec Nahoko et l'amitié avec son collègue Honjo. Inventeur extraordinaire, il fera entrer l'aviation dans une ère nouvelle.

Après Porco Rosso, Kiki la Petite Sorcière et Le Château dans le Ciel, Hayao Miyazaki nous emmène une nouvelle fois dans les airs avec Le Vent se Lève grâce au personnage de Jiro, ingénieur passionné d'avions. Directement inspiré par le concepteur de l'avion de guerre Zéro, Jiro est cependant plus intéressé par l'aérodynamique que par la guerre. Il veut créer l'avion parfait, sans vraiment se préoccuper de son utilisation par l'armée. Même s'il regrette que son œuvre serve à des fins meurtrières, il ne s'y oppose à aucun moment. Hayao Miyazaki montre ici un personnage obsédé par son rêve, qu'il veut poursuivre jusqu'au bout.

Le rêve est une thématique très importante de ce film. Plus réaliste que ses précédents films par son ancrage dans l'histoire du Japon (le séisme de Kanto, la crise économique, etc.), Hayao Miyazaki laisse la part belle aux rêves de Jiro, dans lesquels son idole Giovanni Caproni l'inspire pour ses travaux. Son histoire d'amour avec Nahoko lui insuffle également un vent d'énergie créative.

L'esthétique du film est brillante. Les dessins sont magnifiques, plus encore en ce qui concerne les paysages et les scènes de rêve. La musique, de nouveau signée Joe Hisaishi, retranscrit à merveille l'émotion des personnages. Les arts ont une place très importante dans Le Vent se lève : le poème « Le vent se lève, il faut tenter de vivre » de Paul Valéry apparaît comme un leitmotiv tout au long du film, jusqu'à lui donner son titre ; la douce Nahoko s'exerce à la peinture ; Jiro, quant à lui, fait figure de génie, voire d'artiste, parmi ses collègues ingénieurs grâce à ses idées osées et novatrices.

On peut reprocher une certaine lenteur au début du Vent se lève, mais Hayao Miyazaki livre un dernier film très beau et émouvant.


Cinéma & Spectacle


Cinéma : le septième art a également sa tribune sur le pôle culture de capcampus, le portail des étudiants : actualité, métier, tendance par et pour les étudiants ! Mais aussi des spectacles à découvrir


FERMER