"The Two Faces of January" de Hassein Amini en salles le 18 juin

Un thriller élégant et raffiné

Publié le 12 juin 2014

Synopsis :

1962. Un couple de touristes américains très élégants, le charismatique Chester MacFarland et sa jeune épouse Colette, arrive à Athènes. À l'Acropole, ils rencontrent Rydal, jeune guide américain parlant grec, arnaqueur de touristes à l'occasion. Séduit par la beauté de Colette et impressionné par la fortune de Chester, Rydal accepte sans hésiter leur invitation à dîner. Les McFarland se révèlent moins lisses qu'il n'y paraît : le luxe et leur raffinement cachent bien mal leur part d'ombre.

The Two Faces of January est un thriller adapté d'un roman de Patricia Higsmith. Ce qui est frappant dans ce film, c'est la classe et le mystère qui émanent des personnages, et surtout du couple McFarland, parfaitement interprété par Viggo Mortensen et Kirsten Dunst. On peut comprendre la fascination qu'éprouve Rydal (Oscar Isaac) à leur égard. A la fois attiré par la beauté de Colette, par le charisme de Chester et par l'argent dont ils disposent, Rydal se retrouve impliqué dans leurs arnaques et les aide à fuir la Grèce.

Ce thriller prend une tournure psychologique quand Chester McFarland s'aperçoit que Rydal est sensible aux charmes de sa femme. L'alcool accentue sa paranoïa, et le spectateur hésite lui-même : leur rapprochement charnel est-il réel ou seulement le fruit de l'imagination malade de Chester ? Le rapprochement de Chester avec une figure paternelle est cependant assez superficiel. Au début du film, on apprend que Rydal a perdu son père il y a peu et qu'il n'a pas assisté à son enterrement. En contrepartie, il est obnubilé par l'image de Chester et semble reporter toute l'admiration, le respect et la peur qu'il éprouvait pour son père sur cet homme élégant et raffiné. Sans la mention du décès du père de Rydal, Chester aurait tout autant eu une aura charismatique et troublante. De plus, on se demande souvent si Rydal est plus attiré par le couple et leur apparent bonheur ou par leur argent.

L'atmosphère de The Two Faces of January est mystérieuse du début à la fin, des sommets de l'Acropole au bazar de Turquie, en passant par les tombeaux Crétois. Ces lieux de fuite magnifiques représentent l'évolution psychologique des personnages : Chester et Colette sont imposants et rayonnent par leur raffinement, leur blancheur s'accorde à celle du Parthénon. Puis leur périple à travers les montagnes escarpées de Crète et leur passage par les tombeaux font écho à leur peur grandissante d'être retrouvés par les autorités grecques. Enfin, la ville turque offre une dernière cachette pour Chester, devenu misérable, qui essaye de semer la police dans ce labyrinthe.


Fiche technique :

Réalisation : Hossein Amini

Avec : Chester McFarland : Viggo Mortensen

Colette McFarland : Kirsten Dunst

Rydal : Oscar Isaac

Durée du film : 1h37.


Cinéma & Spectacle


Cinéma : le septième art a également sa tribune sur le pôle culture de capcampus, le portail des étudiants : actualité, métier, tendance par et pour les étudiants ! Mais aussi des spectacles à découvrir


FERMER