Etudiants & Jeunes diplômés mettez le cap sur l'expatriation avec Bwing.fr . A la découverte du site en compagnie de Victoria à l'origne de l'initative


Diplômée en communication à Paris Descartes, Victoria la fondatrice partage avec nous son expérience très riche sur le sujet
Etudiants & Jeunes diplômés mettez le cap sur l'expatriation avec Bwing.fr . A la découverte du site en compagnie de Victoria à l'origne de l'initative

La Rédaction

Pouvez-vous nous présenter votre cursus ?

Victoria

Après un bac ES, j'ai intégré le DUT Info-Com Pub de l'IUT de Caen. Ces deux années m'ont permis de cerner toutes les problématiques communicationnelles et d'apprendre l'essentiel sur le métier de communiquant. Quoi qu'on en dise, le DUT reste à mon sens l'une des meilleures formations quand il s'agit de lier théorie et pratique. Les heures de cours sont considérables par rapport à la fac et le budget alloué aux IUT offre aux étudiants un enseignement exemplaire. J'ai poursuivi en troisième année de licence Information Communication sur Toulouse. Bien que réputée, cette formation fut bien trop théorique à mon goût et en totale déconnexion avec le monde dans lequel nous évoluons. J'ai ensuite choisi de m'orienter vers la licence pro chef de projet de communication en alternance, à Paris Descartes. Replongée dans un enseignement bien plus professionnel, le fait de pouvoir mettre constamment en relation mon expérience en alternance avec les cours m'a beaucoup apporté. Travailler sur des projets concrets permet de se rendre compte de la réalité des choses. Tout au long de mon cursus universitaire, j'ai essayé de privilégier au maximum l'expérience professionnelle. Je me trompe peut-être mais j'avoue ne pas être convaincu par l'importance des diplômes, à l'heure actuelle. Les recruteurs, que ce soit en stage, en alternance ou pour mon premier emploi, ont toujours été bien plus sensibles à la qualité de mes expériences professionnelles par rapport à la pertinence de mes diplômes. Une fois diplômée, partir travailler à l'étranger me tenait à cœur. Mais, ce n'est malheureusement pas si simple !

La Rédaction

Comment vous est venue l'idée de lancer le site Bwing.fr ?

Victoria

Pour cette expérience à l'étranger, décrocher un VIE et partir à l'autre bout du monde, peu importe la destination, me semblait être la solution idéale. Il était extrêmement compliqué de trouver des informations sur les pays d'expatriation, comme le prix d'un loyer aux Seychelles, le coût de la vie au Burkina ou un exemple de budget mensuel au Kazakhstan. Comme de nombreux jeunes diplômés français, je me suis tournée vers le Canada. Je suis entrée en contact avec plusieurs employeurs québécois, tous freinés par l'obtention du visa à la fois longue et complexe. J'ai alors contacté de nombreux organismes en France pour connaître les possibilités qui s'offraient à moi pour partir. Là encore, je suis restée bredouille. Du coup, j'ai choisi de partir en Allemagne pour quelques mois en attendant l'ouverture des PVT (Permis Vacances Travail) pour le Canada. J'ai trouvé un stage à Berlin en moins d'une semaine. Et l'agence m'a embauchée.

Le manque d'information à destination des futurs expats est tout simplement incroyable. Nous ne sommes au courant de rien du tout en termes d'expatriation qu'il s'agisse des programmes, des destinations ou des opportunités. Même lorsque l'on creuse, il faut s'accrocher pour trouver quelque chose de concluant. Via Bwing, je souhaite donner la parole aux expatriés afin de recueillir des témoignages sur des villes qui méritent d'être connues (Dundalk, Manille, Cracovie, Uberlândia...) et d'apporter aux futurs expats un contenu informationnel qui puisse leur permettre d'en savoir plus et de se lancer dans l'aventure.

La Rédaction

Pourquoi ce nom Bwing?

Victoria

Bwing fait référence à l'onomatopée « Boing », symbole du rebond et du grand saut vers l'inconnu.

La Rédaction

Quels problèmes avez vous rencontré dans vos expériences personnelles d'expatriation?

Victoria

A Berlin, j'ai l'avantage de vivre à seulement 1h30 de Paris. Une chance - je ne connais pas le blues des expats, vécu par plus de 80% des expatriés. Mais malgré tout, je dois bien avouer que la France me manque un minimum. La langue de Goethe n'est pas des plus simples, il est difficile pour moi de toujours m'exprimer de manière claire en allemand, exactement comme je souhaiterais le faire en français. En situation professionnelle, la barrière linguistique peut poser quelques problèmes. Sinon, d'un point de vue général, je n'ai pas rencontré de grosses difficultés. Les Berlinois sont habitués aux étrangers et n'hésitent pas à switcher en anglais s'il le faut.

La Rédaction

Pour le logement, avez vous des conseils pratiques?

Victoria

Sur Berlin, la sous-location est légale. Wg-gesucht reste le must pour trouver une colocation (une WG). Les Allemands n'hésitent pas à laisser leur appartement ne serait-ce qu'un mois ou deux s'ils choisissent de partir voyager. Il est donc très simple de trouver un logement par l'intermédiaire de ce site. Gare toutefois aux arnaques - que l'on flaire à des kilomètres - et aux périodes de début de semestre universitaire, particulièrement convoitées !

La Rédaction

Faut il partir seul ou ... en meute?

Victoria

Personnellement, je suis partie toute seule. Je ne le regrette pas parce que je suis très bien tombée. L'agence m'a permis de rencontrer très rapidement des collègues de toutes les nationalités, qui avaient également pour objectif de se familiariser avec la ville et de rencontrer du monde. Seul souci : Berlin est une ville au turnover extrêmement important. Il est donc difficile de trouver une stabilité sur le long terme.

La Rédaction

Parlez nous de votre situation et job actuel?

Victoria

Aujourd'hui, je suis donc en CDI au sein d'une agence web sur Berlin. Aussi appelée « Silicon allee », la capitale allemande est réputée dans le domaine du webmarketing. Les startups ont le vent en poupe et recrutent des stagiaires à l'appel. S'il est rare de décrocher un emploi dès son arrivée sur Berlin, il est possible de contracter une embauche à la suite d'un stage.

La Rédaction

Un dernier mot à nos lecteurs

Victoria

Peu importe votre domaine, l'expatriation représente une véritable aubaine tant pour le CV que pour l'expérience personnelle. Vivre et travailler à l'étranger pousse à se rendre compte de certaines choses, qui ne viennent pas nécessairement à l'esprit quand on reste en France. Se retrouver en immersion totale au sein d'une autre culture permet d'avoir un autre regard sur le monde et un point de comparaison essentiel. Profitez des opportunités qui s'offrent à vous et sautez le pas !

En savoir plus Publié le 10 avril 2014

A LIRE ÉGALEMENT


RÉAGISSEZ, COMMENTEZ, PARTAGEZ !





Expatriation

Expatriation

Devenez un job trotter à l'aide de Capcampus. Vous vous sentez à l'étroit, vous voulez conquérir le monde ou tout simplement découvrir d'autres horizons. Alors pourquoi pas un job ou un stage à l'étranger? Découvrez nos fiches par pays pour mieux préparer votre future migration sous d'autres cieux !

A LIRE ÉGALEMENT

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter
FERMER