Interview du ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pecresse!

Des précisions sur la réforme universitaire!

Publié le 25 mars 2008

CAPCAMPUS

Pour quelles raisons, pensez vous que l'on doit accorder davantage d'autonomie aux universités ?


Valérie PECRESSE

Le projet de loi relatif aux libertés des universités va donner aux universités un statut adapté au 21 ème siècle. L'université française doit être plus réactive dans la bataille mondiale de l'intelligence et de la connaissance. Pour cela, il est nécessaire de simplifier les procédures, de clarifier les missions, d'identifier les responsabilités.

Aujourd'hui, leurs conseils d'administration comptent jusqu'à 60 membres, ce qui rend la prise de décision pratiquement impossible. Ils sont saisis de tous les sujets sans distinction. Avec cette réforme, les conseils d'administration seront resserrés et stratèges. De même, des comités techniques paritaires seront créés pour être le lieu du dialogue social, et s'occuper des carrières. L'autonomie se traduira aussi par un allègement des procédures de recrutement. Le délai de recrutement sera raccourci à quelques mois car aujourd'hui, il faut parfois un an et demi pour pourvoir un poste laissé vacant.

CAPCAMPUS

Depuis 1968, les gouvernements tentent sans réels succès de réformer l'université. Pourquoi cette réforme a-t-elle tellement de difficultés à se mettre en place ?


Valérie PECRESSE

En effet, depuis vingt ans la réforme de l'autonomie a toujours été repoussée. L'idée a fait son chemin, c'est-à-dire qu'on s'est rendu compte que dans tous les pays où l'université est puissante et performante, elle était autonome. D'ailleurs, lors de la concertation, les syndicats étudiants, les présidents d'université, les professeurs et les personnels ont réclamé in fine que l'autonomie soit accordée à toutes les universités. L'adhésion grandissante à l'autonomie est à mettre au crédit de la concertation.

CAPCAMPUS

Quelles sont les principaux objectifs de cette nouvelle loi sur l'autonomie de l'université ?


Valérie PECRESSE

L'autonomie va permettre de donner aux universités de nouvelles marges de libertés : dans le recrutement, dans la gestion des crédits … Elle va introduire plus de souplesse. Nous nous sommes inspirés des règles de fonctionnement qui marchent le mieux, dans tous les pays du monde. La loi sur l'autonomie des universités n'est que le socle de la réforme de l'Enseignement supérieur et qui se déroulera sur cinq années.


CAPCAMPUS

Certains syndicats soutiennent que le nouveau texte renforce considérablement les pouvoirs des présidents d'université, affaiblissant ainsi le principe de participation étudiante… qu'en pensez-vous ?


Valérie PECRESSE

Le projet de loi prévoit un conseil d'administration resserré (entre 20 à 30 membres), qui préserve les grands équilibres de représentation des acteurs de la communauté universitaire. Le pouvoir accordé au Président est juste et équilibré, car aujourd'hui le Président est plus un médiateur qui est à la recherche d'alliances de circonstances pour tenter d'avancer.


CAPCAMPUS

Le nouveau texte de projet de loi, évoque pour certaines organisations, une volonté de l'Etat de se désengager politiquement et financièrement. Qu'en pensez-vous ?


Valérie PECRESSE

C'est tout le contraire : l'Etat est partenaire et garant de cette réforme. Je veux donner tout son sens au contrat pluriannuel passé entre l'Etat et les universités, considéré jusqu'ici comme un exercice souvent formel et qui devient obligatoire avec la loi. Les engagements qu'il comprenait jusqu'ici n'étaient pas toujours respectées ni par l'un, ni par l'autre. Il faut en faire un contrat d'objectifs et de moyens, avec une vraie évaluation a posteriori.


CAPCAMPUS

La loi sur l'autonomie ne représente que la première étape de la réforme de l'université. Quelles sont les autres chantiers en cours ?

Valérie PECRESSE

Parallèlement à la loi sur l'autonomie, j'ai lancé cinq grands chantiers, qui portent sur : la réussite en licence pour lutter contre l'échec universitaire en premier cycle , sur les conditions de vie étudiante (les bourses, le logement étudiant ,…), sur les conditions matérielles d'exercice des missions de l'université (c'est-à-dire l'immobilier universitaire), sur le statut des jeunes chercheurs et enseignants chercheurs , sur l'ensemble des carrières des personnels de l'université. Ces chantiers trouveront leur traduction dans le budget 2008.

CAPCAMPUS

Quels seront les principaux objectifs de la réforme concernant la réussite en licence ?


Valérie PECRESSE

J'ai récemment lancé le chantier « réussir en licence ». Ce chantier vise à lutter contre l'échec en 1er cycle. C'est un sujet important car les chiffres sont alarmants, actuellement le taux d'échec en 1ere année est de 50%. Le chantier prévoit des enseignements renforcés, avec plus de méthode, de nouvelles technologies et de langues.

Le projet de loi relatif aux libertés et responsabilités des universités introduit désormais l'orientation et l'insertion professionnelle comme nouvelle mission pour l'université. L'objectif est de proposer à l'ensemble des bacheliers une information et un conseil sur leur orientation pour.

CAPCAMPUS

Et ceux concernant l'amélioration de la vie étudiante ? En particulier le financement des études, la pénurie de logements étudiants…

Valérie PECRESSE

Le diagnostic est clairement posé, notamment par le rapport Anciaux, mais la mise en œuvre des solutions proposées demande du temps. Le plan prévoit la réhabilitation de 7000 chambres par an et la construction de 5000 nouvelles chambres pendant 10 ans. En 2006, 3600 réhabilitations ont été menées à bien et 2000 constructions nouvelles ont vu le jour. En 2007, on totalisera près de 4600 réhabilitations et plus de 4000 constructions nouvelles. Certes, du retard a été pris. Mais les objectifs visés vont être atteints. Les contrats de plan Etat-régions 2000-2006 prévoyaient un peu plus de 300 millions d'euros au titre du logement des étudiants. La préparation des contrats 2007- 2013 a vu cette enveloppe quasiment doubler pour la période qui s'ouvre. Nous devons entamer des discussions concrètes en nous appuyant sur le réseau des œuvres universitaires et faire du logement des étudiants une priorité nationale.


CAPCAMPUS

Et quelles seront vos propositions concernant l'amélioration de l'insertion professionnelle des jeunes diplômés issue de l'université ?


Valérie PECRESSE

L'université pourra adapter son offre de formation aux besoins des étudiants en lien avec leur insertion professionnelle, qui devient une mission à part entière de l'université. A la demande du Sénat, un bureau d'aide à l'insertion professionnelle sera créé dans chaque université. Ce bureau sera chargé de proposer des offres de stages et d'emplois variés et en lien avec les formations enseignées dans l'université.

CAPCAMPUS

Quelles sont les moyens financiers dont vous allez disposer pour mettre en place toutes ces nouvelles mesures ?


Valérie PECRESSE

Le Président de la République, s'est engagé à augmenter de 50 % le budget consacré à l'université. C'est 5 milliards d'euros supplémentaires en cinq ans qui s'ajouteront aux 10 milliards actuels. La réforme sera l'occasion d'un nouvel engagement de l'Etat, parce que notre avenir se construit à l'université. Pour que cet effort budgétaire produise tout son effet, il faut au préalable réformer les structures et mettre en place l'autonomie.

CAPCAMPUS

Université versus grandes écoles : quelle est votre vision / position sachant que l'autonomie des universités va « doper » la compétition?


Valérie PECRESSE

La nouvelle loi sur l'autonomie va permettre de renforcer nos universités, elle ne concerne pas les grandes écoles. Notre priorité est aujourd'hui l'université.

Certains établissements d'enseignement supérieur ont d'ailleurs demandé à pouvoir bénéficier des mesures mis en place par le projet de loi sur l'autonomie. Ceci est bien la preuve de la pertinence de la loi et de l'attractivité du statut d'autonomie.


CAPCAMPUS

Entreprises et Universités : cette réforme va t'elle favoriser des liens plus forts entre ces deux univers qui contrairement aux Etats-Unis ont du mal à vraiment collaborer de manière intense ?


Valérie PECRESSE

La création de fondations va permettre aux universités de récupérer des fonds venus de tous les horizons. Si vous regardez les systèmes étrangers, il y a énormément de fonds privés qui viennent s'investir dans l'université. La loi offre la possibilité donnée aux universités de mettre en place des fondations universitaires avec une structure souple qui mettra des fonds à la disposition du conseil d'administration de l’université qui décidera de leur affectation.


CAPCAMPUS

Un dernier mot à nos lecteurs étudiants ?


Valérie PECRESSE

La réforme de l'enseignement supérieur met la réussite des étudiants au cœur de la réforme. La loi autonomie est la première brique de cette réforme ambitieuse que j'ai l'intention de mener.


FERMER