Rechercher une Offre d'emploi

40 millions d'euros pour un handicapé

La trajectoire de Didier Mangel

Publié le 18 juillet 2008
40 millions d'euros pour un handicapé

Neil Amstrong a marché sur la lune et Woodstock fera parler des générations. Juste avant noël cette année là, Didier Mangel voit le jour avec pour lourd fardeau une maladie orpheline dégénérative. Cette anomalie chromosomique lui donne la rage de vivre. Les années passent et le jeune homme tente d’entrer dans la vie active mais le monde de l’entreprise n’est pas prêt pour les « personnes comme ça ». Habité par l’envie d’indépendance et de réussite, Didier Mangel décide de créer sa propre entreprise.

Démarches, paperasses, les barrières ne manquent pas mais hors de question d’abandonner ce projet de vie. A ce moment là, il trouve un soutien qui ne le quittera plus, Sophie devient sa compagne et une spécialiste des méandres administratifs malgré un accident qui la paralyse sur un fauteuil roulant. Dans un studio de 30 m² née une entreprise de flocage de vêtements. Les cartons s’empilent dans le séjour cuisine chambre et des milliers de tee-shirts « made in Mangel » inondent les marchés, les foires et les boutiques. L’activité menée de front par ces deux personnes en fauteuil roulant, se voit confrontée aux charges et a besoin d’un second souffle.

En 1998, une célèbre émission télévisée raconte l’histoire d’une nouvelle façon de travailler venue d’outre manche : « le portage salarial ». Présenté comme une alternative à la création d’entreprise, « le portage salarial » permet de développer une activité tout en conservant les avantages sociaux d’un salarié. Ce concept est principalement destiné aux métiers dits intellectuels comme la formation, le consulting, les fonctions de ressources humaines, etc. Didier Mangel comprend alors qu’une fois encore, les métiers manuels sont délaissés alors qu’ils ont besoin d’un soutien important. Ces personnes qui ont un savoir-faire et qui ne sont pas à l’aise avec les papiers trouvent dans le « portage salarial » un accompagnement sur mesure.

Cette réflexion aboutit, en février 1999, à la création de la société AVS Concept spécialisée dans « le portage salarial » des métiers manuels. Dans un bureau de 18 m², des boites à archives vides sur une étagère laissent imaginer un nombre d’inscrits important. La société se développe, traverse des moments difficiles, est trahie par ses conseillers qui développent des sociétés concurrentes en s’appuyant sur le savoir- faire d’AVS concept. En 2005, l’entreprise réalise un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros malgré toutes ces difficultés. En 2006, AVS Concept devient le groupe AVS et intègre 21 sociétés dédiées à l’emploi et à la création d’entreprise.

Didier Mangel crée une agence d’intérim, un cabinet de recrutement, une centrale d’achats, un centre de gestion, un organisme de formation, une société d’externalisation commerciale et une structure d’aide et d’accompagnement à la création d’entreprise qui offre gratuitement aux porteurs de projet un Cd-rom d’accompagnement à la création d’entreprise (créabox). Le jeune homme en fauteuil roulant permet à tout un chacun de créer son activité en toute sérénité et réalise en 2006 un chiffre d’affaires de 14,6 millions d’euros. Dès lors, la communication et le savoir-faire d’AVS accélèrent le nombre de salariés indépendants qui passent de 380 en janvier 2006 à 1200 en janvier 2008. Aujourd’hui, ce sont plus de 40 personnes au siège et plus de 20 sur le terrain qui accompagnent les porteurs de projet. AVS, c’est une croissance de plus de 50% du chiffre d’affaires par an (25 millions en 2007).

Acteur incontournable du portage salarial en France, le groupe AVS devrait réaliser 40 millions de chiffre d’affaires en 2008. Didier Mangel, du haut de son fauteuil, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et d’autres idées germent déjà dans cette tête qui « court » Sa devise : « Réussissons ensemble ».

FERMER