L’ENPC MBA PARIS : L’Ethique dans les affaires

Une rentrée sous le signe de la responsabilisation

Publié le 29 octobre 2009
L’ENPC MBA PARIS :  L’Ethique dans les affaires
Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE, parlant de la crise économique considère qu’elle « résulte de la défaillance de l’éthique des affaires qui aura été à l’épicentre du séisme économique et financier qui nous frappe ». Ainsi, face à la faillite du système économique néolibéral, l’OCDE veut restaurer l’éthique des affaires. Fort d’un tel constat, le cours dispensé par le Professeur Gilbert Lenssen, prend toute sa dimension et son importance et devient le cours phare et incontournable de cette rentrée 2009 à l’ENPC MBA Paris.

L’éthique dans les affaires, une vraie responsabilité

Enseigner l’éthique dans les affaires et tous ses codes qui en découlent est aujourd’hui un réel acte citoyen que l’ENPC MBA Paris n’a jamais ignoré. En effet, voilà déjà 17 ans qu’un cours sur l’Ethique dans les affaires est dispensé à l’école, formant depuis presque deux décennies des dirigeants responsables, humanistes ouverts et à l’écoute des besoins du monde.

L’objectif de ce cours est d’amener les étudiants futurs dirigeants à réfléchir de manière critique sur le rôle de l’entreprise dans son ensemble et de l’impact de ses choix sur la société qui les entoure et ce dans le contexte d’une économie mondialisée. Ce cours veut développer des connaissances et des compétences qui permettront aux futurs gouvernants d’agir et de gérer une entreprise prenant en considération toutes les problématiques de la société (problèmes sociaux, environnementaux, politique…) dans la prise de décisions. C’est à travers des études de cas que les étudiants aborderont les grands principes de l’éthique dans les affaires qui sous-entendent la gestion des problèmes environnementaux et sociaux tels que la théorie des parties prenantes, analyse de la question, l’éthique commerciale et le renforcement des partenariats. Tous ces points seront abordés à travers les 7 grands axes du cours :

 

  • La mondialisation et les responsabilités des entreprises
  • Analyse des parties prenantes
  • Une approche éthique des affaires - faire le bon choix ?
  • Corporate Environmentalism
  • Les entreprises et les droits de l'homme
  • Relations avec la communauté et construction de partenariats
  • La gouvernance et la gestion de la performance environnementale et sociale des entreprises.

3 QUESTION À… …Gilbert Lensenn, Professeur à ENPC MBA Paris

 

  • En quoi consiste en quelques mots votre cours sur la Responsabilité et la Gouvernance des Entreprises à l’ENPC MBA PARIS?

Le cours est appelé « Stratégie Globale et gouvernance globale » (Global Strategy and Global Governance). Il analyse à travers 16 études de cas, comment les entreprises mondiales sont touchées par les questions sociales, environnementales et politiques et mettent en œuvre leurs stratégies mondiales. Nous examinons les méthodes sur la façon de gérer les risques, réduire les externalités négatives et mettre en avant les effets positifs, et intégrer la responsabilité des entreprises dans la stratégie d'entreprise et les affaires. Nous examinons également la mise en œuvre de la stratégie et des opérations, y compris la gestion du rendement.

Durant le cours d’Octobre, nous avions deux conférenciers invités:

Laurent Mortreuil, Special CFO Division Société Générale (La crise Financière: causes et remèdes, vue de l'intérieur) et Lex Holst, Sevior Vice President SHELL (Blueprints pour la gouvernance mondiale : le secteur de l'énergie comme étude de cas.)

Les cas que j'ai utilisés ont été développés par l'Académie européenne de Business in Society (www.eabis.org), une association de grandes entreprises et écoles de commerce.

 

  • Croyez-vous que sans éthique dans les affaires une nouvelle crise économique est à prévoir ?

Je ne parle pas de l'éthique en tant que telle dans mon cours car elle est trop abstraite. Nous faisons plutôt l’étude d’un petit nombre de cas sur la gestion des choix éthiques difficiles à prendre. On parle aussi des vertus d'une bonne gestion : la sagesse, la prudence, le jugement, l'équilibre, voire la modestie et être un modèle de leader. La responsabilité personnelle et la responsabilité financière ont manqué durant les années précédant la crise financière. Le renforcement des motivations, une meilleure réglementation, l'amélioration des processus de gouvernance d'entreprises et leurs structures ne sont qu'une partie de la réponse. La responsabilité personnelle et la responsabilité financière doivent être mises au centre du débat. J'espère seulement que nous sommes vraiment capables d’apprendre des leçons du passé.

 

  • Quel serait le profil d’un dirigeant parfait ?

En général, les théories de gestion et la presse des affaires ne parlent que d'un côté du management : renforcer la compétitivité. Tous les gestionnaires en activité savent que ce n'est qu'une demi-vérité. A part renforcer la compétitivité, les managers ont toujours besoin de renforcer la cohésion sociale avec et entre les principales parties prenantes pour maintenir la crédibilité et la confiance. Ils doivent aussi conserver leur intégrité personnelle afin d'être un leader digne de confiance.

Sans confiance, le système de marché libre et par voie de conséquence, la libre entreprise ne fonctionne pas. C'est une vérité générale et universelle.

Mais nous vivons à une époque particulièrement difficile. La mondialisation est à l'origine d'incertitudes, la volatilité et l'ambivalence. Un projet de recherche auquel j'ai contribué s'est centré sur les nouvelles capacités de gestion qui sont nécessaires pour faire face à ce nouvel environnement d'affaires (voir The Global Leader of Tomorrow: contexte, la complexité, la connectivité sur www.eabis.org)

Le Professeur Gilbert Lensen

Le professeur Gilbert Lenssen est spécialiste des questions touchant à l’environnement du monde des affaires et de la sociologie des organisations et des comportements. En plus de l’ENPC MBA Paris, il exerce aussi ses fonctions d’enseignant au Collège de l’Europe (Bruges, Varsovie) et à l’université de Leiden. Il est président de European Academy of Business in Society (EABIS). Ses recherches et enseignements portent sur : les effets de la mondialisation sur le monde des affaires, le gouvernement et la société ; le management interculturel et les transformations organisationnelles.

Ancien cadre dirigeant de British Petroleum où ses responsabilités internationales ont touché à divers domaines, il a exercé ses fonctions au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Allemagne et en Espagne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur la théorie du management, les cultures managériales, la responsabilité des entreprises et l’épistémologie contemporaine.


MBA


Directement calqués sur le modèle américain, ces troisièmes cycles sont de plus en plus appréciés des recruteurs. Alors, vous aussi, tentez votre chance !!


FERMER