Le festival électro de Cognac !

Sixteen Production, organise du 29 au 31 août, la première édition d'un événement dédié aux musiques et cultures électroniques, le Cognac Electro Festival, pour découvrir les différentes facettes de cette culture basée sur les nouvelles technologies et l'amour du son.

Publié le 18 août 2008
Le festival électro de Cognac !

Les 29, 30 et 31 août se tiendra le 1er Cognac Electro Festival.

Né de la rencontre entre deux passionnés de la culture techno, Eric Fontenaud et David Gauvin, le Cognac Electro Festival voit le jour en 2008.


Les principes de base du festival sont dès lors : du live avant tout, une déco soignée pour que la fête soit plus belle, le croisement des genres et des disciplines en évitant d'avoir des œillères artistiques, la promotion de la création, de l'humour et de la convivialité...

Ces enfants de la culture techno cherchent à la fois à proposer du son, des artistes et des événements de qualité à un public électro.

Plusieurs animations, tel qu'initiation au mix , démonstration de scratch, graff, danse... et de nombreux exposants seront également présents sur le site.

La programmation réunira plus de 25 artistes.

Electro Indy, Electro Jazz, Techno ou encore Expérimentale, il y en aura pour tous les goûts !



Lieu : Cognac en Charente
Billet à la journée : de 16 à 20 euros
Pass 3 jours : de 42 à 54 euros


Histoire de la musique électro

Histoire de la musique électro

Véritable courant culturel, l’origine de l’électro remonte aux années 80 (même si les années 60 y sont aussi pour quelque chose…).
À une époque où la guitare résonnait partout, l’électro pointait son nez chez quelques précurseurs.
Et ce, pour le plus grand plaisir des déjantés, des gars en noir saoulés d’informatique et de science-fiction, qui se souviendront de Kraftwerk ou de Front 242.

Des rythmes puissants, saccadés, sortis des premières boîtes à musiques électroniques et qui ont influencé de nombreux styles par la suite : la new wave, la new beat, la techno, la house.

En ces temps, cette musique très abstraite restait marginale. Il faut attendre les années 60 pour voir certains musiciens se « marginaliser ». En Angleterre, alors que les Beatles ou les Rolling Stones déchaînent les foules, on voit apparaître, des formations anglaises ou américaines telles que Soft Machine, Pink Floyd ou Franck Zappa.

Le son est plus élaboré et se place en marge des tendances !

On appelle cela le « Rock Psychédélique ». John Cage ou Phil Glass donnent naissance à une vague de groupes allemands qui n’hésitent pas à mélanger les sons de l’époque à des sons électroniques.
On peut citer Tangerine Dream ou Kraftwerk. Ces derniers, originaires de Düsseldorf, marquent le début des années 70 avec une musique qualifiée d’industrielle. Ralf Hütter et Florian Schneider, les fondateurs, n’hésitent pas à inclure des bruits de la vie courante dans leurs chansons. Une formule à la fois simple et efficace dont les musiciens de Detroit (USA) vont directement s’inspirer.

LE DEBUT D’UNE NOUVELLE ÈRE MUSICALE…

À la fin des années 1970, la musique électronique commence à pointer le bout de son nez. Mais avant cela, c’est la New Wave qui arrive avec sa vague de Punk.
Reprenant l’expérience de la musique industrielle, ce genre se veut plus radical (et très bruyant aussi…). Puis, d’autres tendances émergent : la pop futuriste (Ultravox, XTC…), l’Electro-pop (Depeche Mode…) et le rock synthétique (Human League…).

La popularisation de l’électro est née !

À Detroit, on s’intéresse de très près à ces nouvelles tendances sonores. Cette ville du nord des Etats-Unis va connaître une vraie révolution technologique et musicale.

Le début des années 80 signe le commencement d’un métissage sonore avec la New Wave robotique. Des artistes comme Derrick May, Kevin Saunderson, Jeff Miles et Juan Atkins imaginent une musique futuriste faisant le lien entre la soul produite au début des années 60 par la Motown, la pop anglaise et le son de Kraftwerk. BINGO ! L’électro a trouvé ses pères…

En France l’électro a été ramené des states par Laurent Garnier qui la commercialise. C’est le début du phénomène de la French Touch, dans lequel se sont engouffrés les Daft Punk, l’un des duos français les plus vendeurs.

Maintenant, il y a une foule d’autres frenchies qui « cartonnent » un peu partout en Europe et même outre-Atlantique.

Bref, la musique électronique est bel et bien entrée dans nos sociétés.

Bien plus qu’un mouvement passager, elle s’inscrit dans notre histoire au même titre que Bach, Mozart, Ravel, Sinatra, Elvis ou les Beatles pour ne citer qu’eux.


L’électro, la vraie tendance du moment ?

Oui, car aujourd’hui on a l’habitude de reprendre, de recréer, de mixer… Le recyclage est devenu un art en soi. Mais peu sont ceux qui peuvent revendiquer artistiquement (dj’s ou clubs) l’électro.



FERMER