Rechercher une Offre d'emploi

Les métiers d'avenir : quelques pistes pour bien choisir son orientation

Certains secteurs ont le vent en poupe tandis que d'autres subissent, impassibles, la crise actuelle.

Publié le 20 mars 2013
Les métiers d'avenir : quelques pistes pour bien choisir son orientation

Certains secteurs ont le vent en poupe tandis que d'autres subissent, impassibles, la crise actuelle. Il n'est pas toujours facile, pour un étudiant, de s'entendre dire de la bouche d'un proche (ou pire, d'un prof !) que les débouchés sont peu nombreux et que les chances de réussite sont faibles...

Aussi, parce que nous croyons que tout le monde peut s'en sortir, nous vous proposons de découvrir, dès à présent, quelques métiers qui prédisent un bel avenir.

 

Le développement durable, une affaire qui marche !

 

  • Consultant en développement durable : On ne cesse de nous dire qu'il faut être responsable et économe en énergie. Le consultant a peut avoir pour mission la mise en place d'une stratégie ou une évaluation de la gestion des déchets et des dépenses énergétiques (salaire de 32 à 62 K€).

 

  • Chef de projet sites et sols pollués : Le chef de projet doit apporter une expertise en terme de pollution des sites pour pouvoir sécuriser l'entreprise. Il doit s'en tenir au cahier des charges et travaille tant en amont des acquisitions que lors des travaux dont il a la charge (salaire de 40 à 85 K€).

 

  • Chef de projet haute qualité environnementale : un cadre issu d’une d'ingénieurs pourra prétendre à ce poste qui permet d'intervenir en amont des projets afin de définir les objectifs énergétiques et environnementaux (salaire de 46 à 95 K€).

 

Les préoccupations sociales au cœur de la société

 

  • Responsable de la diversité : rattaché à la direction des ressources humaines, ce poste connaît un développement important depuis quelques années déjà. L'essor des contraintes légales et les préoccupations sociales sont au cœur des missions y afférentes. L'égalité des chances doit être la mission principale du responsable qui doit tenir compte de beaucoup de paramètres sociaux (salaire de 45 à 75 K€).

 

  • Actuaire vie / IARD : IARD (pour Incendies, Accidents et Risques Divers) est un poste très convoité par les compagnies d'assurance. L'actuaire vie intervient au moment de la conception des contrats afin d'établir la tarification des risques. Encore peu connue, cette fonction va pourtant exploser dans les prochaines années (salaire de 34 à 105 K€).

 

  • Responsable conformité et contrôle interne : La crise financière n'a épargné personne et les sociétés de gestion ont été amenées à recruter des RCCI (Responsables Conformité et Contrôle Interne) afin de veiller au respect des règles.
    Le sens du relationnel est primordial et le poste n'est ouvert qu'aux personnes possédant déjà plus de 10 ans d'expérience dans l'audit et/ou le contrôle (salaire de 60 à 80 K€).
    Pour un poste plus accessible, vous pouvez opter pour celui de Chargé d'affaires en restructuration de dette où la négociation est reine ! Avec au moins deux ou trois ans d'expérience, vous pourrez prétendre à un salaire très convenable.

 

 

L'aire du web 2.0

 

  • Chef de projet / Responsable référencement SEO / SEM : Le référencement ne s'improvise pas ! Il n'existe aucune formation pour connaître les bases du référencement mais les développeurs et les programmeurs y sont particulièrement sensibles. Leur but est de remonter sans cesse les pages dans les résultats des moteurs de recherches via des mots ou expressions clés (salaire de 35 à 50 K€).


  • Communnity manager : Les médias sociaux sont sa grande passion ! Il est chargé de défendre la réputation d'une marque en fidélisant les internautes. Si le marketing est de mise, le Community manager doit également savoir manier à la perfection l'outil web ! (salaire de 30 à 65 K€)

 

  • Responsable gouvernance Internet : Ce poste est destiné à protéger les noms de domaine des entreprises, mais aussi à préserver et défendre l'image de ces dernières. Sa principale mission est la prévention contre la cyber-criminalité ( salaire de 60 à 75 K€) .

 

Aurélie JULIEN


FERMER